logo Le moteur de recherche de la télé

Météo outremer


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 1h39 sur France 2

– évêque de la ville de Nisibe, en Mésopotamie. Il avait décidé de trouver une partie de l'Arche de Noé, près du mont Ararat. Mais selon cette tradition, saint Jacques n'est pas parvenu à la réalisation de cette idée puisque c'était impossible de monterjusqu'au sommet
– Le mont Ararat, c'est le mont biblique que l'on voit de l'autre côté de la frontière, quand on est à Etchmiatzine.
– Au Moyen Age, les Arméniens l'appelaient "la Mère du monde" parce que c'est le sommet le plus haut de ce territoire énorme. C'est un massif énorme. D'après la tradition, d'après la légende aussi, un ange approche et offre à saint Jacques une petite pièce de l'Arche de Noé. D'après cette tradition, c'est ce qu'on garde dans le musée de Sainte-Etchmiatzine.
– Que représente cette relique dans la foi et la tradition
– Pour l'Eglise arménienne, je pense que c'est la mémoire, anamnesls", en grec Ce qui signifie que chaque fois qu'on vénère cette relique, chaque fois qu'on prie devant cette relique, on remonte jusqu'à l'histoire biblique sur le sort de l'humanité qui était dans le péché et sur la miséricorde de Dieu. Anamnesis, ou la mémoire, dans la tradition liturgique de l'Eglise, est très importante. C'est ce que nous faisons pendant la liturgie : nous commémorons les mots du Christ et, par ces mots, nous essayons de revivre l'histoire, l'histoire chrétienne. Il faut donner le même sens à la relique de l'Arche de Noé. Cette relique de l'Arche de Noé HOUS raconte BUSSÎ la mémoire historique du peuple arménien. Parce que le mont Ararat, pour nous, c'est un petit morceau de la géographie sacrée. L'Arménie est devenue, au 17e-18e siècle, aux yeux des écrivains, des chercheurs, occidentaux et orientaux, un territoire d'où avait commencé et recommencé l'humanité. C'est-à-dire, ici, dans le Paradis, et ici aussi, Noé et ses fils Donc ici, on a l'alpha et l'oméga de l'humanité.
– Pour écrire la mémoire, il faut une langue et un alphabet. Jusqu'au début du 5e siècle, l'arménien était une langue orale. C'est saint Mesrob qui inventa l'alphabet pour pouvoir l'écrire.