logo Le moteur de recherche de la télé

Ça ne sortira pas d'ici


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 0h05 sur France 2

– Michel Cymes : M. Palmade, merci. Vous pouvez retourner à votre place. Applaudissements.
– Nicole Ferroni : Mon verdict. Non seulement, il est détox, mais il est sans intox.
– Michel Cymes : Très bien. Merci beaucoup. Vous vous sentez mieux après cette petite détox?
– Pierre Palmade : On se sent nu, quand on est aussi transparent que moi. On espère qu'on n'est pas trop moche quand on est nu.
– Michel Cymes : Encore une fois, dans un cabinet, on est là pour parler. Votre livre est très émouvant. J'ai surligné le dernier paragraphe de votre livre. Je pourrais le lire à votre place, mais je voudrais que vous le lisiez. Tout ce que j'ai surligné en rose.
– Pierre Palmade : "Oui, papa, j'ai souffert etj'ai été heureux. Mais je me suis trop perdu. J'ai entendu ta tristesse quand tu me regardais marcher à côté du chemin. Tu peux être fier de ton fils, aujourd'hui. Je suis fier de te le dire. Je suis optimiste et confiant. Sinon, je me laisserais mourir. J'ai trop couru derrière ma jeunesse, à vouloir être l'humoriste que j'étais à 20 ans. Ce livre ferme la parenthèse. J'ai du respect de l'admiration pour celui que j'étais, mais je veux désormais vivre paisiblement. Et poury parvenir, je suis prêt à être un peu moins célèbre. Jamais, absolument jamais, je n'aurais imaginé écrire une telle phrase."
– Michel Cymes : Vous êtes prêt à devenir un peu moins célèbre. Mais la célébrité, vous l'avez. C'est trop tard.
– Pierre Palmade : En tout cas, je suis prêt à moins la chercher d'une manière hystérique. L'humoriste, c'est comme chanteur. On cherche si on est toujours dans le hit-parade. Alors que si on estjuste comédien classique, on fait un théâtre qui vous plaît. Telle pièce ne marchera pas, mais l'autre marchera mieux. C'est moins grave d'être en haut de l'affiche du moment que je vis de mon métier, ça va me suffire.
– Michel Cymes : Ça montre à quel point vous avez besoin d'amour et vous semblez enfin prêt à le recevoir. C'est un peu ma prescription. Je pense que votre père serait content de vous voir célèbre et heureux. Continuez à prendre de l'amour de jour comme de nuit. Et allez-y mollo sur l'automédication.