logo Le moteur de recherche de la télé

Ça ne sortira pas d'ici


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 0h05 sur France 2

– Contre quoi aimeriez-vous être vacciné une fois pour toutes?
– Pierre Palmade : Contre la paranoïa, la dépendance affective. Ne pas être obligé d'être sûr qu'on m'aime tout le temps.
– Michel Cymes : Qu'est-ce que vous n'avez toujours pas réussi à soigner?
– Pierre Palmade : L'anxiété, de manière générale.
– Michel Cymes : Qu'est-ce qui vous démange aujourd'hui?
– Pierre Palmade : J'aimerais bien réussir dans le cinéma. J'en ai fait peu. Je voudrais être une star de cinéma.
– Michel Cymes : En toute modestie. Quel genre de personne vous donne des boutons?
– Pierre Palmade : Les gens physiquement agressifs, menaçants.
– Michel Cymes : Qu'est-ce qui peut faire monter votre température?
– Pierre Palmade : J'aime les hommes aux cheveux longs, je ne sais pas pourquoi. Et la gastro aussi. Applaudissements.
– Michel Cymes : Vous ne m'avez rien caché?
– Pierre Palmade : Là, franchement...
– Michel Cymes : Vous m'avez beaucoup dit. Je voudrais vérifier que vous allez bien, vu ce que vous écrivez dans votre livre "Dites à mon père que je suis célèbre", aux éditions Harper Collins. C'est quand même le livre le plus personnel que vous ayez écrit.
– Pierre Palmade : C'est un livre très transparent. J'espère qu'il est élégant. Eric Libiot, rédacteur en chef de l'Express a retranscrit les entretiens. Je pense avoir été très honnête. En même temps, je n'ai réglé aucun compte.
– Michel Cymes : Votre père était médecin dans les Pyrénées-Orientales. Il est parti quand vous aviez 8 ans.
– Pierre Palmade : Tout à fait. En rentrant d'un accouchement de nuit, il a foncé contre un arbre avec sa voiture.
– Michel Cymes : Vous l'avez écrit pour que votre père voie, s'il voit quelque chose aujourd'hui, ce que vous étiez devenu?
– Pierre Palmade : Non. Le titre, je me rends compte que le traumatisme de ma vie est d'avoir perdu mon père si jeune. La vie était tellement belle. Un père et une mère qui m'aimaient, des soeurs joyeuses. Tout d'un coup, un père qui disparaît, ça m'a traumatisé à vie. Quand on réussit les choses, on a envie que son père vous dise: "C'est bien, mon garçon". Je ne saurai jamais si mon père est fier de moi. Ça me manque.
– Michel Cymes : Pendant une semaine, votre mère vous a caché la mort de votre père.