logo Le moteur de recherche de la télé

Ça ne sortira pas d'ici


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 0h05 sur France 2

– Bruno Salomone : Pourquoi vous montrez ça?
– Melha Bedia : Pourquoi on n'a pas de chance, nous?
– Michel Cymes : Ça a été abandonné parce qu'il y avait des déchirures du col de l'utérus.
– Melha Bedia : On dirait un ustensile de chez Midas. On donne pas la vie avec ça.
– Michel Cymes : C'était au XIXe siècle qu'on utilisait ce dilatateur.
– Bruno Salomone : J'aimais mieux la version de Nicole.
– Michel Cymes : Il n'a pas été lavé, mais je vous le prête. Vous qui ne supportez pas... Vous avez peur des microbes. Merci beaucoup, Bruno. Merci, Mehla. Merci, Mlle Nicole. Merci à toute l'équipe. C'est la fin de cette consultation. Le cabinet de "Ça ne sortira pas d'ici" va fermer ses portes pour cette saison. J'espère vous retrouver bientôt sur France2 pour de nouvelles consultations. Et surtout, n'oubliez pas, pendant l'été, quand il est tard, un suppo et au lit.
– "L'arrestation de Guillaume Apollinaire a fait grand bruit. "Picasso se terre, il a peur. Il ne sort que le soir, rase les murs, "surveille ses arrières. Fernande a beau lui répéter "que les têtes ibériques ayant été rendues il ne risque pas grand-chose, rien ne le rassure." Tout démarre avec le vol de la Joconde.
– On est en 1911. On avolé la Joconde au Louvre. Quelqu'un s'est accusé, l'ancien secrétaire d'Apollinaire qui dit "j'ai pas volé la Joconde mais j'ai volé 2 statuettes ibériques" qui datent du 3e siècle avant Jésus-Christ et du coup, Apollinaire commence à paniquer, se disant : où sont ces statuettes, c'est mon secrétaire. Il téléphone à Picasso qui est à Céret avec Braque. Ils font du cubisme. Il dit: "il faut que tu remontes, "car le type qui s'accuse d'avoir volé les statuettes ibériques, "en vérité, il te les a vendues, "et elles sont au Bateau-Lavoir." Picasso remonte aussitôt. Il fouille au Bateau-Lavoir et découvre 2 têtes ibériques qui lui ont permis de peindre "Les Demoiselles d'Avignon".
– Et là commence pour vous, le romancier, le récit d'une cavale d'Apollinaire et de Picasso avec une valise à la main dans Paris pour se débarrasser de ces statuettes.
– Oui. Comme ils sont étrangers l'un espagnol, l'autre italo-polonais, ils se disent qu'ils vont être virés de France.