logo Le moteur de recherche de la télé

Ça ne sortira pas d'ici


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 0h05 sur France 2

– Je l'ai portée une heure. Je ne supportais pas d'avoir un truc sur les doigts...
– Melha Bedia : Ça a pas un nom, les gens qui ne supportent pas...
– Bruno Salomone : "Annulairophobe".
– Melha Bedia : Ils n'aiment pas les annuaires, non plus.
– Michel Cymes : Ce n'est pas pratique quand vous examinez les patients. Le truc peut rester...
– Pierre Palmade : Ça s'appelle un dragueur, aussi?
– Michel Cymes : Non. Vous plaisantez beaucoup Il y a des choses très drôles: "Quand il pleut, je ne mets pas un K-Way, je mets une bâche." Ou, celle-là me plaît beaucoup: "J'ai mis une fois un string, je ne l'ai jamais retrouvé."
– Melha Bedia : Ouais.
– Michel Cymes : Vous préférez vous vanner vous-même?
– Melha Bedia : J'ai développé ça dès l'enfance. Ils sont méchants. Je voyais que j'étais grosse déjà à la cour de récré. Je me disais que c'était pas mal que je m'auto-vanne avant qu'on me vanne. Du coup, c'est resté. J'ai un truc pour l'autodérision. Ça me fait me sentir mieux, je pense aussi, de parler de mes vergetures avant que vous en parliez.
– Michel Cymes : Pour voir les vergetures, il faut être nu.
– Melha Bedia : Il faut éteindre les lumières. Elles sont phosphorescentes. Tu veux voir?
– Michel Cymes : C'est plutôt un sujet...
– Melha Bedia : Pour détendre l'atmosphère.
– Michel Cymes : Pour traiter vos angoisses par rapport à ça? Vous en avez souffert, petite?
– Melha Bedia : Je n'ai pas eu le temps d'en souffrir. Si je n'avais pas développé ce mécanisme et si je n'avais pas eu Ramzy, un frère connu, qui venait me chercher à l'école, j'aurais été la grosse en galère, isolée. Mais ça m'a aidée, l'humour.
– Pierre Palmade : Ça neutralise la médisance. Au moins, on est sûr elles sont bien faites.
– Melha Bedia : C'est ça.
– Michel Cymes : Ce que dit Mehla, c'est que c'est très relatif. Il y a un fuseau horaire ici où je suis hyper bonne. Peut-être qu'en Occident, on a envie de me faire maigrir, mais à Marrakech, les gens m'applaudissent.
– Michel Cymes : Pourquoi vous portez un bonnet tout le temps?
– Melha Bedia : Je voulais que ça fasse effet sudation et que ça me fasse maigrir. Ça n'a pas marché.
– Michel Cymes : Vous maigrissez des cheveux, mais d'ailleurs?