logo Le moteur de recherche de la télé

Ça ne sortira pas d'ici


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 0h05 sur France 2

– En général, l'aspirine, on en prend à très petite dose et quand on a eu des problèmes cardio-vasculaires, le médecin prescrit des doses infimes Mais prendre 1g d'aspirine parjour, ce n'est pas bien. Ça peut avoir des effets secondaires. Je ne veux pas vous foutre le bourdon, mais prenez autre chose. Si c'est pour vous dire que peut-être... Prenez rendez-vous, surtout, chez le médecin.
– Pierre Palmade : Ça m'apprendra à être transparent.
– Michel Cymes : Non, vous êtes ici. Ça ne sortira pas d'ici. Je peux vous faire passer des petits messages. Vous pratiquez aussi l'autodiagnostic en plus de l'automédication?
– Pierre Palmade : Non. J'aime bien demander à mes médecins. Je les appelle, je les maile, je les consulte. Les médecins me rassurent énormément.
– Michel Cymes : Ils ne vous disent rien sur votre automédication?
– Pierre Palmade : Si, de lever le pied.
– Michel Cymes : Vous êtes hypocondriaque ou vigilant?
– Pierre Palmade : Hypocondriaque. J'ai très peur de la maladie.
– Michel Cymes : Quelle maladie?
– Pierre Palmade : J'ai très peur de la gastro. Ça enlève toute l'énergie. J'ai aussi très peur du sida. Je viens des années où l'on en mourait. Et puis, de l'hépatite C, mais maintenant, je sais qu'on la guérit.
– Michel Cymes : Ça n'empêche qu'il vaut mieux éviter de l'attraper lors des relations sexuelles.
– Pierre Palmade : Oui, mais elle ne me fait plus peur comme avant.
– Michel Cymes : La gastro, vous faites quoi pour l'éviter?
– Pierre Palmade : La gastro, elle vous tombe dessus. Une fois que ça tombe, c'est fini.
– Michel Cymes : Une fois que ça tombe, ça descend. Votre poids?
– Pierre Palmade : 80kg pour 1,84m. Comme un mannequin.
– Michel Cymes : Tabac, alcool, addiction. Vous en êtes où?
– Pierre Palmade : Je me suis donné beaucoup de mal pour arrêter l'alcool et la drogue. J'avais de gros problèmes avec l'alcool et la cocaïne. J'ai d'abord dû comprendre que c'était une maladie qui s'appelait la dépendance. C'est l'une des drogues les plus sournoises. On pense que l'on peut la gérer, arrêter. J'ai d'abord dû accepter que j'étais cocaïnomane. Après, j'ai dû arrêter certains comportements, certaines fréquentations.