logo Le moteur de recherche de la télé

Ça ne sortira pas d'ici


diffusion le jeudi 16 mai 2019 à 0h05 sur France 2

– C'est les femmes. Du coup, si les misogynes veulent supprimer les femmes qui les mettent au monde, ils s'autosabotent de la même façon qu'un misophone qui veut supprimer des bruits alors qu'il en fait lui-même. Du coup, 2e technique. Puisqu'on ne peut pas supprimer les femmes et les bruits extérieurs, c'était de supprimer la gêne intérieure. Elle se créée au niveau du cerveau, au niveau d'une zone qui s'appelle le cortex cingulaire intérieur. En supprimant cette partie-là, on supprimerait le problème. Mais les misogynes nous montrent que c'est un très mauvais conseil puisqu'ils ont beaucoup pratiqué la lobotomie. Ça a été une pratique courante dans les années 50 aux Etats-Unis où l'on a lobotomisé des gens, à 80% des femmes. Ça a juste prouvé que les hommes qui ont pratiqué ces lobotomies, en plus d'être misogynes, étaient tarés. Du coup, puisque ça ne sert à rien de lutter contre les bruits et les femmes, au lieu de vivre contre, la thérapie la plus prometteuse était d'apprendre à vivre avec. C'est d'accepter les bruits inacceptables en les associant à d'autres bruits plus agréables de façon à les intégrer. Je me suis dit que c'était une super bonne nouvelle pour les misogynes.
– Nicole Ferroni : Non, pour les misogynes. Pour les 2. Surtout pour les misogynes. Si on arrive à faire avec les misogynes et les femmes ce qu'on propose aux misophones et au son, on a gagné. Si on arrive à faire accepter les femmes aux misogynes en associant les femmes et les hommes à des contextes agréables comme être gentil, sympa et bienveillant plutôt que de nous faire ch... systématiquement, nous, les femmes, on serait nombreuses à être très soulagées.
– Michel Cymes : Merci, Mlle Nicole.
– Pierre Palmade : Vous connaissiez la maladie de la misophonie ?
– Michel Cymes : Pas du tout. Ce sont des gens pour qui chaque bruit est trop fort. Mais les bruits ambiants, pas les bruits particuliers. Et vous, vous êtes misophone.
– Pierre Palmade : Aux Etats-Unis, ils seraient à peu près 15%. Si on transpose en France, on serait aussi 15%. On l'est plus ou moins tous. Personne ne trouve agréable quelqu'un qui mâche du pop-corn très fort à côté de lui au cinéma.