logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 13h00 sur TF1

capture
–  A.Basar: Elle avance pas à pas. Une dizaine de policiers de la brigade criminelle sont toujours sur place pour chercher des indices dans les débris. Le problème, c'est que la cathédrale n'est pas encore entièrement sécurisée. C'est un robot qui travaille à la place des enquêteurs. Un robot téléguidé, équipé d'une caméra, qui récupère tous les éléments sous la toiture de Notre-Dame. Ces éléments sont étiquetés, numérotés et scannés. L'objectif est de retrouver, par exemple, dans les débris, des morceaux de tableaux électriques pour savoir si l'incendie est dû à un court-circuit. Pour le moment, la piste accidentelle est privilégiée. Dans les locaux de la police judiciaire, les auditions se poursuivent. Le parquet de Paris confirme qu'il faudra s'armer de patience pour connaître la vérité, car l'enquête sera longue et difficile.
– J.-P.Pernaut: Le ras-le-bol d'une femme médecin des Côtes-d'Armor. La Caisse d'assurance maladie lui reproche d'avoir prescrit trop d'arrêts maladie. Mais toute la population la soutient. Manifestations et pétitions: "Touche pas à mon médecin."
– "Nous avons constaté que vous avez prescrit..."
capture
– Trop d'arrêts de travail et de trop longues durées.
– "Près de 3 fois supérieur à celui des confrères."
– Ce qui lui vaut, en mars dernier, une convocation par la Caisse primaire d'assurance maladie de Saint-Brieuc.
– Tous mes arrêts de travail vont être surveillés. Je vais m'entretenir avec un médecin-conseil de la CPAM.
– Une situation qu'elle vit très
– On demande à ce que mes statistiques soient plus proches de ce que voudrait la CPAM.
Si, aujourd'hui, on accepte des quotas d'indemnité journalière, demain, on acceptera de ne plus prescrire tel ou tel médicament. Nous avons une liberté de prescription. On a fait des études pour ça. Je ne vois pas pourquoi des bureaucrates décideraient de ce qu'on peut faire.
capture