logo Le moteur de recherche de la télé

Demain nous appartient


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 9h25 sur TF1

– Tu voulais pas t'occuper de Nina.
– T'as disparu et je trouve une corde dans les affaires de Nina.
– Tu t'es mis à ma place ? Tu imagines ce que ça fait d'être traitée comme une criminelle, de dormir en cellule ? Qu'on te parle comme à une coupable ? J'attendais que tu t'expliques. Je suis flic. Je pouvais pas le garder. J'ai fait mon devoir.
– On n'a pas le même sens du devoir. Le devoir est de croire celui que j'aime. C'est d'être convaincue de son innocence.
– Ecoute-moi.
– On n'a rien à se dire. Va-t'en, je te dis.
– Fred m'a dit.
– Sur l'oreiller ?
– C'est pathétique.
– Fous-moi la paix.
– Pourquoi t'as fait ça ?
– Je sais pas. Entraînement physique.
– T'es ridicule.
– Je sais. Tu te répètes.
– Il s'est rien passé.
– Je te crois pas. J'ai pris un verre avec lui.
– Il a l'air bien monté.
– Pourquoi tu gâches tout ?
– Je suis un minable. Qui t'aime comme il a jamais aimé personne.
– On fait pas ça à ceux qu'on aime.
– Ça me bouffe de t'imaginer avec un autre. Je fais n'importe quoi. J'ai passé la nuit devant chez lui. J'avais peur de te voir à sa fenêtre.
– J'ai refusé de monter.
– Ça me rend con. Je t'aime tellement.
– Tu peux venir ?
– J'ai pas fini.
– Ça attendra. Viens. Appelle ce numéro. Demande un massage.
– Un massage ?
– Oui.
– Avec mon téléphone ?
– Oui, vas-y. Enlève les moufles. (-Ne le dis pas.)
– Ça sonne. Oui, allô ? Bonjour. Je vous appelle au sujet d'un rendez-vous pour un massage. Oui ?
– Aujourd'hui, s'il vous plaît. C'est super, merci beaucoup. Je vais noter. C'est parfait. 23 avenue de la source. C'est parfait, merci.
– Comment elle s'appelle ?
– Excusez-moi, madame ? Votre prénom, c'est quoi ? OK. C'est super, merci. A tout à l'heure.
– Elle s'appelle comment ?
– Annabelle. On frappe à la porte.
– Entrez. Ah, c'est toi. Des nouvelles d'Anna ?
– Toujours pas.
– La savoir accusée me rend malade. Tu la crois capable de ça ? Anna ? Notre Anna ?
– Je sais pas. Le temps passe. Je me dis qu'il y a un problème. Ils l'accuseraient pas.
– C'est ma faute.
– Pourquoi tu dis ça ?
– Ta soeur souffre. Depuis l'abandon de Bart.
– Tu l'as pas forcée à le faire.