logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 3h00 sur TF1

– La brigade se rend chez Solange. Elle a reçu la visite de ces faux ouvriers qui ont volé ses bijoux. Traumatisée, elle a du mal à croire que ces policiers sont des vrais.
– Bonjou r.
– Vous êtes combien, là ? Oui, mais ça, c'est facile. J'ai vu quelqu'un qui a fait des faux.
– Montre-lui un procès-verbal. Ça vous ira ?
– Faites voir.
– Ca, c'est une vraie, encore.
– Je peux allumer ?
– Bien sûr, madame.
– Le brigadier-chef Hernandez lui présente une série de photos.
– Regardez attentivement. Vous allez me dire si vous reconnaissez quelqu'un ou pas. Sur ces deux planches.
– Là, c'est lui.
– D'accord. Carrément.
– Un scénario bien huilé. 2 hommes disent diffuser un produit dans les bouches d'aération pour faire fuir les pigeons. Alors que l'un reste avec Solange dans la cuisine pour la protéger des vapeurs soi-disant toxiques, l'autre pille l'appartement.
– Il m'a volé toutes mes bagues quej'avais posées dans ma chambre. Il s'est baladé dans la chambre, partout. Pendant ce temps, je parlais avec l'autre, qui bouchait la porte. Pour, soi-disant, ne pas sentir les odeurs de ce qu'il met dans les aérations des appartements. Puis, je dis : "Il est un peu long pour regarder les aérations." Je suis sortie, et je dis : "Il est plus là, qu'est-ce qu'il a fait ?" Et j'avais rien vu, sur le moment. Et lui dit : "Ah, il est parti, ben je m'en vais aussi." Vite fait, hein. Comme ça, j'ai rien vu. C'était fini.
– Avant de partir, le brigadier-chef lui donne quelques conseils.
– Si on vous dit : "Je suis policier, j'enquête", n'ouvrez pas. D'accord ?
– Appelez le commissariat. Si le gars reste, c'est un policier, s'il s'en va, c'est pas un policier. D'accord ? Bon, allez.
– Merci, madame. Merci, au revoir.
– Cette nouvelle plainte vient s'ajouter à un dossier en cours depuis plus de 3 ans.
– Ce préjudice est de plusieurs centaines de milliers d'euros en bijoux, et d'environ... 70 O00 euros en liquide.
– Il y a un mois, un des individus a été identifié formellement grâce à son ADN, mais le capitaine Rouche a décidé de ne pas l'interpeller de suite. Il l'a fait mettre sur écoute, et le suit grâce à son portable.