logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 3h00 sur TF1

– Il minimise. Pour nous, c'est fini. On va appeler le procureur, on va le réintégrer en maison d'arrêt, et l'instruction suivra son cours.
– L'abus de faiblesse ne concerne pas que la petite délinquance. En quelques années, les seniors sont devenus une nouvelle cible, un nouveau public à conquérir. Des salons leur sont dédiés, comme ici, à Beauvais. Mais cet après-midi, la police est venue les mettre en garde. *-Un policier vient nous rejoindre pour nous exposer quelque chose à retenir, à savoir, sur la tranquillité des seniors.
– On est partis d'un constat simple, sachez-le, vous, les seniors, alors que vous représentez 20% de la population, les seniors sont victimes d'un tiers des cambriolages. C'est-à-dire que vous, les seniors, êtes des proies faciles.
– Ces proies sont tellement faciles que le nombre de victimes ne cesse d'augmenter. Des sociétés fourbes emploient avec les plus fragiles des techniques de vente à la limite de la légalité.
– Il faut basculer, sur le plan pénal, dans un abus de faiblesse. C'est la différence entre un achat assez onéreux : plus 30%, et un abus où la personne va payer un prix disproportionné qui sera vraiment à son préjudice.
– Veuve depuis quelques années, Simone habite seule dans un petit hameau du sud de la France. Elle sait à peine lire et écrire, elle a été victime d'un abus de faiblesse. Tout commence dans un supermarché, où elle fait ses courses. Simone est repérée par le commercial d'une enseigne connue. Elle n'achète rien sur le moment, mais devant la sympathie du vendeur, elle reprend contact plus tard, et le cauchemar commence.
– Je les ai contactés pour mettre des radiateurs. Seulement, ils sont venus mettre les radiateurs, donc ils avaient mon adresse. Après, ils voulaient me mettre des fenêtres, des vérandas, etc. Ils ont insisté. J'ai dit : "Une véranda, ça me plairait, mais... pas maintenant, j'ai le crédit du radiateur." Ils se sont mis là, et ils ont fait les bons de commande. J'ai dit : "Pourquoi 2 bons ?" Il m'a dit : "C'est le même, ne vous inquiétez pas, elle vaut que 4 500 euros, c'est le même.