logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 3h00 sur TF1

– Vous savez, personne ne m'aide, je fais mes carreaux, le parquet.
– Je vous trouve en pleine forme.
– Mon appartement est propre. Vous mettez une veste pour qu'on vous amène ?
– Oui, prenez votre veste.
– Mme Marion a du mal à se déplacer, la brigade l'amène voir le médecin pour constater ses blessures. Avant, elle veut leur expliquer l'agression. Il vous a enfermée ici ?
– J'ai atterri là-bas.
– Il vous a poussée ?
– J'ai atterri à 4 pattes.
– Il a mis ça devant ?
– Non, ça.
– La commode ?
– Oui.
– Il l'a poussée pour fermer la porte ? On va au commissariat, on va voir le médecin. Prenez les clés du domicile. Allez, venez.
– Toujours le même scénario, et le même quartier. Mme Marion est la 5e victime d'un agresseur sévissant depuis un mois. A la sûreté territoriale des Hauts-de-Seine, les policiers de la cellule des vols à la fausse qualité gèrent des centaines de dossiers par an, comme celui de Mme Marion. Abus de faiblesse, vol par ruse, fragiles et confiantes, les personnes âgées sont des cibles faciles.
– Le point commun, c'est toujours l'entrée par ruse. Que ce soit en qualité d'agent EDF, de policier, de vendeur de matelas ou autre. Il y a toujours une ruse pour mettre en confiance et pouvoir rentrer dans le domicile. Il y a des fausses cartes de police, il peut y avoir diverses choses. Des tenues, même : bleu de travail, ouvrier... Toutes les professions sont imitables.
– La liste, tiens, regarde-la.
– La plus grande difficulté pour le capitaine, c'est d'arriver à dresser un portrait-robot.
– La même personne vue par 2 personnes différentes peut avoir 50, 60, 40 ou 30 ans. Surtout pour des personnes âgées, qui ont des soucis de mémoire, on a un signalement qui est quelquefois... très court, très simple, et bref, mais qui est générique.
– Cette fois-ci, pour faire taire sa victime, l'agresseur a utilisé un coussin. La police scientifique tente d'y relever son ADN. les chances sont minces.
– Un coussin, la mamie le touche, son docteur s'y assoit. Faut vraiment que le gars l'ait empoigné. Même si on prend toutes les mesures pour le prélever, c'est pas...