logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 3h00 sur TF1

– Cet homme considère que sa femme ne doit pas aller se promener le samedi dans Nîmes, et doit rester avec lui, qu'elle ne doit pas avoir d'amis masculins. Et il considère qu'en punition, il a le droit de la frapper, de l'enfermer, et de lui faire faire ses besoins dans une bassine. C'est cet homme-là que vous jugez aujourd'hui. Au vu de l'extrême gravité des faits, je requiers une peine à la hauteur des faits commis. Je demande une peine lourde. 2 ans d'emprisonnement, dont un an assorti du sursis avec mise à l'épreuve, avec l'interdiction absolue d'entrer en contact avec madame, et ce pendant trois ans. Et pour l'année de prison ferme je vous requiers le maintien en détention de M. (bip).
– Le tribunal vous remercie.
– Une autre femme prend la parole, l'avocate du mari. Commise d'office, elle va plaider un exceptionnel coup de colère.
– En premier lieu, et avant toute chose, ce que monsieur a fait est inexcusable. Il n'y a aucune excuse à utiliser la force pour frapper sa femme ou toute autre personne. Quand il dit qu'il aime, il l'aime. Très mal. On est d'accord. Mais il l'aime. Pourquoi tout à l'heure, depuis qu'il s'exprime, il dit : "Je ne me rappelle pas" ? Parce que c'est pas l'état normal de monsieur, cette nuit-là. C'est l'état de fureur, c'est l'absence totale de maîtrise de lui. il a explosé. Cette seule fois. Je pense que le ferme est disproportionné, un sursis sur toute la peine semble plus adéquat. Prenez en considération que c'est... Une parenthèse dramatique. Je ne minimise en rien ce que madame a vécu. Que monsieur n'a pas de casierjudiciaire. Que monsieur regrette profondément et aime madame.
– Merci. La décision sera rendue après la suspension d'audience.
– Les maris violents écopent une fois sur cinq de prison ferme. Dans plus de la moitié des cas, la peine est assortie d'un sursis total. Sonnefie
– Veuillez vous lever.
– Bien, monsieur. Le tribunal vous déclare coupable des faits de violence sur votre épouse. Le tribunal vous condamne en conséquence à une peine de 12 mois d'emprisonnement ferme. En prononçant votre maintien en détention.