logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 3h00 sur TF1

– Je sais.
– Ça serait pas ici que vous seriez jugé.
– La victime ne s'est pas présentée à l'audience. La procu reure représente les intérêts de la société. Elle porte l'accusation.
– Mme le procureur de la République, c'est à vous.
– Merci, madame le président du tribunal. Dans l'affaire, le mobile restera flou. Des insultes, un problème de réputation ? Je l'ignore. Le flou de ce mobile sera entretenu par l'absence de la victime. Est-elle absente par peur des représailles ? C'est envisageable. Les faits, eux, sont clairs. Il reconnaît avoir fait usage de ce couteau et l'avoir "planté". Un très mauvais choix. Car c'est un choix que vous avez fait. Quelle est la sanction la plus adaptée, compte tenu du passé pénal de monsieur (bip) qui est déconcertant ? Pourquoi, en sortant de ce tribunal, s'il sort libre, la situation ne recommencerait-elle pas ? Je n'ai aucune garantie. Je requiers la peine de 12 mois d'emprisonnement, dont 4 assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve. Il y a de la violence dans ce casier, et une obligation de soins serait utile. Je demande que la partie ferme soit assortie
– Un mandat de dépôt, cela signifie un emprisonnement immédiat. Maître Touzellier, commise d'office, a un atout. Le prévenu est père de famille.
– Mme le président, mesdames... Il a le soutien de sa compagne, présente sur l'audience. Ils sont ensemble depuis 13 ans, ont deux enfants, de 9 ans et de 16 mois. Celui-ci, pour sortir de son oisiveté, a passé le permis de conduire, ce qui était une barrière pour trouver un emploi. Il l'a eu et a passé une formation pour devenir cariste. Lui et sa compagne projetaient de partir en Indre-et-Loire pour sortir des mauvaises fréquentations, tout ça. Ça peut être apporté à son crédit. Concernant la partie ferme, je vous demande une peine tolérante et non assortie d'un mandat de dépôt. M. (bip) ne serait pas opposé à une obligation de soins. La décision sera rendue après la suspension d'audience.
– A Nîmes, près de 70% des prévenus jugés en comparution immédiate sont condamnés à une peine ferme. Et 9 sur 10 sont directement conduits en prison.