logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 3h00 sur TF1

– Monsieu r, levez-vous.
– Madame, je souhaite prendre la parole. Je me souviendrais... J'avais... Je me rappelle que je me suis réveillé en garde à vue. Je me rappelle de rien.
– Comment on peut vous faire comprendre ? Au bout de la 5e condamnation ?
– J'ai compris.
– Bonjour. Qu'est-ce que vous nous en dites de ce geste ?
– Rien. Tout va très bien dans ma famille.
– Pourquoi grâce à vous ?
– Y a fallu que je défonce mon père pour qu'il arrête de taper toute la famille. Ça a marché. Je l'ai pas fait en tant que criminel.
– Quelles sanctions on va prononcer pour que vous compreniez ?
– Je recommencerai plus. Je regrette énormément.
– L'affaire suivante est celle de l'agression dans la station-service. Un coup de couteau pour une insulte.
– Veuillez vous lever.
– Bonjour à toutes et à tous. L'audience est ouverte. VOUS POUVEZ VOUS asseoir.
– La juge, Christine Ruellan, a peu de temps pour apprécier le profil du prévenu.
– On vous reproche d'avoir exercé volontairement des violences ayant entraîné une incapacité totale de travail de 3 jours, avec usage d'une arme, et ce, en état de récidive légale.
– C'est la septième fois que cet homme comparaît devant des juges.
– Vous n'avez pas de pathologie mentale ?
– Vous avez des problèmes psychologiques ? Des problèmes de violence ? Je vous pose la question, parce que votre casierjudiciaire porte trace de plusieurs condamnations. Vous vous emportez facilement ? Et là, le motif de cette dispute ?
– Il avait insulté ma famille, c'est tout.
– Insulté votre famille ? Pourquoi vous avez un couteau dans votre auto ?
– C'est quoi, le réflexe de le prendre dans votre poche quand vous allez le rejoindre ?
– J'avais peur, voilà.
– Vous aviez peur ?
– J'ai deux enfants, j'ai pas envie d'être sur le carreau.
– Y avait une autre solution. Au lieu de prendre le couteau, vous auriez pu partir. Quel endroit de son corps visiez-vous en donnant ce coup de couteau ? Qui est arrivé sous l'aisselle, côté gauche.
– Il est parti comme ça, je voulais pas...
– Vous visiez pas, c'est parti comme ça ? Vous savez qu'à quelques centimètres, ça aurait pu être le drame ?