logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 3h00 sur TF1

– Oui.
– Arrêté pour vol, puis blessure grave sur un policier, il passe deux mois en prison. A sa sortie, il devient papa, et se range, dit-il. Aujourd'hui surveillant dans un collège, il donne aussi bénévolement des cours de boxe.
– Vous entraînez des enfants de quel âge ?
– Combien de fois par semaine ?
– 3 fois par semaine. Vous savez un peu faire.
– Il est indiqué que vous faites figure de référence pour nombre de jeunes du quartier. Qu'en pensez-vous ?
– Je suis pas l'idole, mais on dit souvent : "Il entraîne les enfants à la boxe." Je suis pas une figure, mais les enfants m'aiment bien.
– Alors pourquoi vous vous retrouvez là ? Que vont penser ces enfants ? Leur idole, alors ?
– Je serai plus leur idole.
– L'autre prévenu, qui était armé, a quant à lui perdu son père à l'âge de 14 ans.
– Vous êtes célibataire
– Vous avez eu une rupture douloureuse il y a 1 an. Je vous cite : "J'ai perdu les pédales, "je suis devenu alcoolique, drogué, dépressif et suicidaire."
– Oui, il m'arrive parfois, pour noyer ma tristesse, je bois, je bois, je bois et je fume.
– Les prévenus cherchent-ils à minimiser leur responsabilité ? Comment leurs accidents de vie ont-ils conditionné leur passage à l'acte ? Voilà ce qu'en disent les psychiatres.
– L'expert relève "une impulsivité sous-jacente marquée, des difficultés à supporter les frustrations", et indique : "cette difficulté de gestion des émotions pourrait générer des passages à l'acte." Et vous. "Il apparaît plus préoccupé par son devenir que celui "de la victime. Il existe "une sorte de froideur affective qui nous interpelle." Que pensez-vous de la conclusion ?
– Je pense qu'elle est véridique. Et je me fais du souci quant aux deux victimes. Autant que pour moi.
– Et sur la nécessité absolue d'une prise en charge ?
– J'aurais dû le faire avant. Hélas, il a fallu qu'il se passe ce drame pour en prendre conscience et réagir.
– D'accord.
– La tactique de la défense apparaît. Les prévenus seraient victimes de leur passé.
– Monsieur (bip), êtes-vous en état de parler ? Venez à la barre.
– Le témoignage du pompier qui a mis fin au tabassage après avoir été braqué et violemment menacé va enrayer la stratégie de l'avocat des prévenus.