logo Le moteur de recherche de la télé

Talent usurpé

Un cas pour deux


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 13h50 sur France 3

capture
– Qu'en dites-vous ?
– C'est très lyrique comme style.
– Plutôt démodé, non ? C'est le style idéal pour annoncer la mort d'un journaliste doué.
– C'est sa femme qui l'a écrit.
– Je l'ai sous-estimée.
– A force, elle a peut-être appris certaines choses avec son mari.
– Fehrenbach avait une femme qui écrivait bien, il était lui-même doué, et malgré ça, voulait épouser Nicole, pour signer ses articles. Olga, c'est très lyrique. Presque comme des dissertations lyriques.
– Où veux-tu en venir ?
– Sa secrétaire avait qualifié ainsi ses articles. Tu vois où je veux en venir ?
– Mme Kegel, je suis ravi de vous revoir.
– Qu'est-ce qui me vaut cet honneur ? Suis-je suspectée à mon tour ?
– Les jolies jeunes femmes ne font jamais partie des suspects.
capture
– Je suis immunisée contre les flatteries, mais pas encore contre vous. Que voulez-vous
– Les résultats de foot.
– Vous n'espérez tout de même pas que je vous le dise.
– D'habitude, les résultats des matches sont publiés le mercredi. La semaine dernière, rien. Vous pouvez m'expliquer ?
– C'est l'édition étrangère que vous avez.
– J'avais remarqué. Pourquoi les résultats n'y figurent pas 7
– Pendant que 22 fanatiques jouent à la baballe, l'édition étrangère est déjà sous presse. Il faut l'imprimer avant l'édition nationale, à cause du long voyage qui l'attend. C'est la seule solution pour que notre lecteur de Majorque ait le plaisir de lire les nouvelles. Sans les résultats du foot.
– La 1re édition sort à quelle heure de l'imprimerie ?
– Vers 19 heures. Fehrenbach en avait toujours un.
– Vous m'avez bien aidé.
– Vous êtes vite satisfait. Attendez. Saxenhausen a gagné 3 à 1.
– Vous êtes très fine. Vous feriez une excellente détective. J'y pense. Mme Kegel, Me rendriez-vous un dernier petit service ?
– Je vous écoute. On sonne.
– M. Matula. Vous êtes têtu. Je n'ai pas trouvé le temps d'aller vous voir.
– Ce n'est rien. Voici une tisane aux groseilles.
– C'est une attention délicate. Une tisane aux groseilles, c'est pour détendre les nerfs ?
– Vous allez en avoir besoin.
– J'ignorais qu'autant de choses appartenaient à mon mari. Ça ne pouvait pas rester éternellement ici.
– Surtout, prenez votre temps. 'J'ai presque fini.
– J'ai peu de travail. Un peu de compagnie me fait du bien. Après, je me rendrai compte qu'il ne reviendra plus. Veuillez m'excuser.
– C'est inutile. Je peux comprendre.
– Après toutes ces années, on s'habitue. Tout avait une place déterminée avec votre mari. Ici, tous les matins, il posait le journal de la veille. Sauf le matin où il est mort. Vous pensez que ça a un sens ?
– Vous savez, j'ai du mal à croire que Nicole Schumann a tué mon mari, mais constituer une preuve d'après un journal disparu, c'est exagéré et ça va brouiller les pistes.
– Il faudrait que la police le sache.
capture