logo Le moteur de recherche de la télé

12/13 : Journal national


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 12h25 sur France 3

capture
– Nous avons rencontré deux de ses amis les plus proches...
– Quand il revenait chez lui en Haute-Savoie, Alain Bertoncello ne manquait jamais une occasion pour revoir ses deux amis d'enfance. 28 ans d'amitié, 28 ans de souvenirs.
– Ce n'est pas possible, c'est un cauchemar.
– Et aujourd'hui restent les photos.
– Pour moi, Alain, c'était la définition de l'amitié. C'était de la fraternité... Pour moi, c'était mon frère.
capture
– C'était Alain, c'était la joie de vivre, la joie de faire son métier. Quand on le voyait dans la rue, on ne pouvait pas imaginer que c'était un mec qui faisait partie des meilleurs militaires de France.
– Un militaire devenu héros de la nation après un parcours de vie extraordinaire, à l'image de sa personnalité.
– Il était tellement sociable, il s'intéressait toujours aux autres, il posait des questions. Il était très tourné vers l'autre mais secret sur lui-même.
– Membre d'un commando d'élite depuis près de 2 ans, Alain Bertoncello, parmi les plus jeunes recrues, a marqué par ses valeurs et son comportement.
– Ça ne m'étonne pas qu'il ait intégré le commando Hubert. Il avait une telle détermination, un tel courage que c'était totalement logique qu'il arrive tout en haut.
– Quand on le voyait repartir, forcément, on se demandait où il allait, on n'était jamais au courant de ses interventions par souci de professionnalisme. A aucun moment, on a pensé qu'il allait lui arriver quelque chose.
– Perdre la vie pour en sauver quatre autres, un exemple, une source d'inspiration pour les deux amis d'enfance.
– C'était quelqu'un qui allait au front, qui allait de l'avant. Je sais que ça va m'aider dans l'étape du deuil, à accepter.
– Les funérailles auront lieu samedi à l'église de Montagny-les-Lanches, à 1 Oh 30.
– Comment lutter contre la violence sur Internet et les réseaux Il y a deux mois, la diffusion en direct sur Facebook de l'attaque contre des mosquées en Nouvelle-Zélande avait beaucoup choqué. C'est au niveau mondial qu'il faut agir et c'est à Paris que ça se passe. A l' Elysée, Catherine Demangeat.
capture