logo Le moteur de recherche de la télé

Les gens des Hauts


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 8h40 sur France 3

– C'est votre véhicule?
– Donc vous travaillez sur votre propre véhicule dans un garage?
– Ca, c'est original. On continue la recherche. Ce sera prêt pour les vacances?
– Oui. C'est bon. Je vais changer les plaquettes et les disques, mais c'est bon. Je vois que la famille est au complet! La famille Adjovi-Boco. Jimmy! Kamini, enchanté. Pascale, Jérémy. J'ai enquêté, je connais les prénoms de tout le monde. Il manque Guy, le garagiste.
– Maître Guy, venez avec nous. Ça va? Bon alors, vous êtes réunis tous les 4. On peut officiellement le dire: ce garage, c'est une affaire de famille.
– Oui. C'est une affaire de famille qui marche depuis 3 ans, maintenant. On accueille les gens pour leur voiture, mais surtout pour passer de bons moments.
– Qui a eu l'idée de faire participer les gens à la réparation de leur propre véhicule? une idée partagée avec Guy. Notre mère était assistante sociale et on a toujours vécu dans ce milieu d'entraide. On s'est dit que ça pouvait être associé aussi à la mécanique.
– On va faire un petit retour sur votre parcours de footballeur professionnel. Si mes souvenirs sont bons, il y a Tours, Amiens, Lens.
– J'ai commencé assez tard, à 22 ans, à Amiens. J'ai terminé à 35 ans à Edimbourg, en Ecosse, après 6 années passées au Racing Club de Lens. J'ai terminé ma carrière en Ecosse etj'ai repris mes études à Sup de Co Lille, à SKEMA Business School, pour mettre en place un projet au Sénégal, un centre de formation qu'on a créé avec Bernard Lama et Patrick Vieira.
– Pascale, quelle est la philosophie de ce garage?
– A la base, c'était surtout pour avoir une action sociale autour de notre garage, permettre aux gens de pouvoir venir réparer eux-mêmes leur voiture. Ils peuvent louer le pont et l'outillage. Et ils sont aussi encadrés par nos mécaniciens. Il y a ceux qui savent vraiment réparer leur voiture, qui sont totalement autonomes, et ceux qui ont peu de connaissances en mécanique et qu'on va bien encadrer, et à qui on va laisser un peu plus de temps pour réparer leur voiture que les temps officiels.
– Jérémy, le petit dernier de la famille. Changement de carrière, aussi? Comme votre père. Vétérinaire et maintenant, garagiste.
– C'est ça. Enfin, peut-être pas garagiste non plus. J'accompagne plutôt mon oncle Guy sur la gestion du garage. Mais oui, à la base, j'étais vétérinaire, il y a encore 2 ans de cela. Après une école de commerce, ça m'a permis d'avoir quelques compétences supplémentaires pour aider sur tou