logo Le moteur de recherche de la télé

Goûtez-voir


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 8h05 sur France 3

– On est dans la vallée du Rhône. En plus, ici, on est à 400m d'altitude. Ça nous permet d'avoir un beau ciel dégagé.
– Et quelle vue. Je suis nulle en géographie. Dis-moi un peu.
– On voit le château de Crussol, un peu plus loin.
– Je l'ai reconnu.
– Typique de Saint-Péray. Derrière, on a tout le massif du Vercors, on a les 3 Becs au fond. On a une belle vue bien dégagée.
– C'est pas mal comme endroit pour travailler.
– On est bien. Il ne faut pas craindre le vent mais sinon...
– Il y a une semaine, il y avait la neige... C'est peut-être ce qui donne le bon vin aussi. Ces terres un peu secouées.
– Oui et on a des nuits un peu plus fraîches que la moyenne. Pour les blancs, c'est intéressant. Ça nous permet de garder un peu de fraîcheur qui va donner de l'acidité. Ça fait des blancs plus digestes et qui se gardent bien.
– Tu as 27 ans, tu as repris une entreprise familiale ou tu es le 1er de la famille?
– Je suis le 1er. J'ai travaillé chez des vignerons dans le coin, chez Colombo, chez Sylvain Bernard, au domaine de Fauterie. Après, j'ai acheté un peu de terrain et je commence à planter des vignes pour pouvoir grandir.
– Tu as une grosse production de saint-péray?
– Je fais entre 6 000 et 8 000 bouteilles par an. Ce sont des terroirs qui produisent très peu. On n'a pas de grosses quantités.
– Cépages?
– Marsanne et roussanne. Ce sont des vignes palissées. C'est typique d'ici car il y a tellement de vent qu'on est obligés de palisser un maximum. Il faut être à jour sur Pattachage sinon le vent casse tout. Une journée comme ici, quand les pousses font 40cm... Ce sont des sols squelettiques,
– C'est-à-dire?
– C'est du granite pourri. Ça me donne des sols très sableux. Il n'y a rien qui pousse.
– La vigne doit creuser pour chercher sa nourriture.
– La vigne souffre mais elle a un très bon enracinement. Ça lui permet de résister au sec mais même si elle résiste au sec, ça ne donne pas beaucoup de bouteilles.
– Et moi, vais-je résister au froid? Je ne sais pas. Ou alors, il me faudra un bon canon pour me réchauffer.
– Il faut être habitué.
– Ardèche, terre de vent, de vin, mais aussi terre d'élevage.