logo Le moteur de recherche de la télé

Souffrir d'être gros...


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 22h45 sur France 2

capture
– Par rapport à ce que j'ai pu prendre, j'avais pris 15kg. Pour moi, c'était un peu.
– Rétrospectivement, vous savez ce qui a été le déclencheur?
– Maintenant, je sais, j'ai fait un gros travail sur moi-même, du travail psychologique avec des psychologues. J'ai eu des gros soucis à gérer étant petite, des choses que j'avais enfouies.
– C'était resté coincé là et c'est ressorti sous cette forme.
– C'est ça. Pour moi, la nourriture, c'était comme on l'a dit dans le film, un antidépresseur, un moyen d'aller mieux. Ça nous fait du bien sur le coup mais après, ça nous rend beaucoup plus mal et c'est un cercle vicieux. plus on a envie de manger.
capture
– Vous partagez ce qu'a dit Juliette, le plus dur, c'est le regard des autres ou qu'on ne s'aime pas?
– C'est ça. Le regard que nous envoient les gens, c'est quelque chose de tellement dégoûtant... On a l'impression d'être dégoûtant. La façon dont on nous parle, dont on nous montre du doigt, Je me sentais une moins que rien. Je me renfermais sur moi-même. Quand je devais sortir, aller à la piscine, combattre les pulsions alimentaires, car c'était plus des pulsions, mettre en place les activités physiques, je ne pouvais pas car le regard des gens me gênait énormément. C'était trop compliqué pour moi. C'était douloureux.
– Et un déclic. A 22 ans, vous perdez du poids
– Ce n'est pas d'un coup... Je suis allée voir un médecin, une diététicienne, etj'ai perdu du poids. J'ai fait un régime.
– Pendant plusieurs années, rien. Vous gardez votre forme. Et pendant votre mariage, vous reprenez à nouveau du poids et ça ne s'arrête plus. Je peux dire ça?
– Ça ne s'arrête plus. J'ai pris 100kg en 15-20 ans.
– Vous passez d'un poids de 65...?
– 65-66 et je suis passée à 166. Ça a été très progressif.
– Vous avez aussi l'explication?
– Je sais que j'étais avec quelqu'un qui avait des addictions, qui était en train de sombrer de son côté, etj'ai sombré du mien.
Pour lui, c'était une addiction et moi, c'était la nourriture. Je cherchais à être mieux par la nourriture. Eh non. On n'est pas mieux par la nourriture.
capture