logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 14h10 sur France 2

capture
– Avec les années... Ça s'est senti, quand même.
– Félix Bollaert : Vous avez commencé à trouver qu'il y avait un vrai décalage.
– Stéphanie: Oui.
– Félix Bollaert : Il pensait la même chose? Il souffrait de ce décalage?
– Stéphanie: Je ne crois pas. Il y a eu les 2 filles, le mariage, la maison. Pour lui, tout était acquis. Il ne faisait plus d'efforts. Moi, j'avais encore besoin de piment. Il se laissait complètement aller.
– Félix Bollaert : Il avait une vie plan-plan? Vous étiez encore jeune, vous aviez envie de sortir vous amuser.
– Stéphanie: On ne sortait pas le week-end. A un moment, j'avais un manque.
capture
– Félix Bollaert : Vous avez essayé de lui en parler? Il fallait creuser l'abcès. Il m'a dit qu'il allait faire des efforts. Je crois qu'on ne change pas comme ça.
– Félix Bollaert : On ne change pas quelqu'un. Arlette, c'est la baseline de cette émission.
– A.Garih: Les gens ne changent pas. Lui devait être content dans cette vie.
– Stéphanie: Il était bien.
– A.Garih: Il n'avait aucune raison d'aller se fatiguer à sortir jusqu'à pas d'heure.
– Stéphanie: Peut-être pas jusqu'à pas d'heure, mais même le week-end, on ne sortait pas.
– Félix Bollaert : Vous vous ennuyiez.
– Stéphanie: Oui, je m'ennuyais.
– Félix Bollaert : Qui a parlé de ce 3e bébé?
– Stéphanie: C'est lui. Il ne s'occupait pas vraiment des petites. C'était un papa... Il les aimait, mais pour les changer, le bain, non. Il m'avait dit qu'il ferait des efforts. Il espérait un petit garçon pour le 3e. Je me suis dit: "Pourquoi pas essayer de sauver le mariage..." Enfin, ce n'était pas perdu, mais pourquoi pas tenter. Je n'allais pas très bien, mais peut-être qu'un petit dernier...
– Félix Bollaert : Votre maman est là,
– Maryse: Bonjour.
– Félix Bollaert : Comment l'avez-vous vécu, quand elle vous a annoncé qu'elle envisageait un 3e, alors que vous sentiez le couple battre de l'aile?
– Maryse: Je n'étais pas très contente. J'avais un peu peur. Je me suis dit: "Ça bat de l'aile, elle est malheureuse". Je voyais que ça n'allait pas, mais je ne voulais pas rentrer dans les détails. J'ai 5 enfants, je ne vais pas me mêler de leur vie.
capture