logo Le moteur de recherche de la télé

Amour, gloire et beauté


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 9h45 sur France 2

– Après, j'ai pris un coupe-ongles, j'ai coupé le bout et 3 jours après, ça gonflait, j'avais mal.
– Même situation pour cette jeune femme, désormais très vigilante.
– Pour ne pas que ça se reproduise, je me lave régulièrement les mains, je fais très attention si j'ai des coupures. Je désinfecte immédiatement quand je sens que ça pique.
– La chirurgie dont a bénéficié cette patiente, vise à retirer la zone infectée et empêcher l'aggravation. Pour éviter d'en arriver là, il faut consulter dès la moindre blessure, même anodine.
– Notre peau est une enveloppe qui nous isole des germes, mais sur laquelle il y a aussi des germes. S'il y a une effraction, une petite porte d'entrée, les germes entrent à l'intérieur, contaminent et donnent un abcès. Si on ne parvient pas par des solutions simples, comme le savon, les antiseptiques, une solution hydroalcoolique, à vaincre cette 1re phase, c'est parti. On peut perdre une phalange avec une histoire basique de panaris, en particulier si on est fragile, âgé, diabétique, si on a une pathologie associée.
– Dans 30 % des cas, l'opération est inévitable.
– Là, on est obligé d'opérer. Ce n'est plus le temps du traitement médical par un antiseptique ou un pansement. Il est trop tard. Il y a déjà une collection avec du pus. Ça fait horriblement mal. Il faut intervenir rapidement. Dans les heures qui viennent, tout ce pus va augmenter jusque dans cette zone inflammatoire. Dans quelques heures, moins d'une journée, tout ça sera plein de pus.
– C'est le cas pour Patricia. Elle va être opérée car son panaris s'est étendu.
– Ça vous fait mal, quand vous parlez?
– Oui, surtout la nuit et quand je fais des mouvements.
– 2 conseils importants: pas d'automédication à l'aide d'une aiguille pour évacuer le pus sous la peau. Sachez qu'un panaris est contagieux. Attention à vous et aux autres.
– Richard Zarzavatdjian : Ce sont des gens qui n'ont pas consulté très vite. Ils se retrouvent en situation
– Sophie Davant : On s'imagine que c'est une petite opération, il suffit d'inciser, de mettre éventuellement une petite mèche...