logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 8h10 sur France 2

– Après, en design, il faut faire comprendre que le plastic bashing d'aujourd'hui est complètement idiot. On ne veut plus de plastique, on veut du bois. Formidable! Plus de plastique pour quoi? Pour des raisons écologiques? Vous voulez donc du bois? Alors on va couper les arbres, commencer à couper les forêts? On va désertifier? Pour répondre au plastic bashing, je suis obligé d'introduire du bois, mais en utilisant 3 ou 4 mm. L'innovation est notre ADN. La seule chose qui nous différencie d'une vache, c'est qu'on crée. La vache crée ses bébés, très bien, nous aussi, on sait le faire, mais nous, on crée des fusées et ça fait une grosse différence.
– Laurent Bignolas : Il est bio et écolo.
– S.Adigard: Oui et il travaille sur l'intelligence artificielle. La 1re fois que j'ai rencontré P.Starck, il y a 20 ans, il m'avait dit que les objets allaient se dématérialiser... Ça arrive. Il avait prévu ça il y a 20 ans. Cela fait 20 ans qu'il ouvre des voies même plus que ça. On entend sa voix. Il est très suivi. Philippe, Jasmine, je vous aime.
– Laurent Bignolas : Le bois et la haute technologie, on en parle avec Laura.
– Laurent Bignolas : Vous nous emmenez en Afrique pour découvrir une belle idée. Des gens réussissent à Paris.
– Laura Tenoudji : Oui. Joseph-Olivier a décidé de redonner le pouvoir aux propriétaires terriens dans son pays, la Côte d'Ivoire. Il a été récompensé par de nombreux Il a été élu meilleure start-up Il a été récompensé par l'université d'Harvard. Il a été élu parmi 10 000 start-up. On est dans la logique d'aider les agriculteurs en leur apportant des solutions écologiques. Ce n'est pas toujours le cas en Afrique. C'est une belle rencontre. Il m'a emmenée à une heure d'Abidjan.
– Laura Tenoudji : Comment est né WeFly Agri?
– Mon père a des terres en Côte d'Ivoire. Il est très occupé. Il n'a pas le temps de se déplacer régulièrement sur ses plantations. Par manque de temps, il a perdu des millions de francs CFA. On a trouvé un problème dans un secteur qui représentait 70 % des emplois en Afrique. C'est comme ça qu'on a découvert les drones et qu'on a découvert ce qu'ils pouvaient apporter.