logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 7h10 sur France 2

– via un message vidéo. Il est pressenti au FC Barcelone. Le PSG est également sur les rangs.
– Laurent Bignolas : Il y a du monde,
– E.Colin: Il faut avoir les moyens.
– Laurent Bignolas : Exactement. Merci, Estelle. On file à Venise retrouver... Non, à Bologne, retrouver A.Mikoczy pour nous parler de la fameuse Biennale de Venise, grand rendez-vous d'art contemporain, marqué cette année par une controverse avec la présentation sur les quais d'un bateau dans lequel sont morts des centaines de migrants.
– Alban Mikoczy : Jusqu'où l'art Peut-il choquer? La présentation de ce bateau sur les quais de l'arsenal à Venise pose problème à l'occasion de la Biennale d'art contemporain. La Biennale a lieu tous les 2 ans, comme son nom l'indique. C'est la grande manifestation en matière d'art contemporain en Europe. Plus de 500 000 visiteurs y assistent tous les 2 ans. C'est la plus ancienne manifestation de cet ordre. La 1re Biennale a eu lieu en 1895. On vous propose d'aller à Venise voir ce qui pose problème et les réponses des organisateurs.
– C'est une épave immense installée sur les quais de l'arsenal de Venise sans autre explication. Le souvenir d'un terrible naufrage 800 migrants ont perdu la vie lorsque ce bateau de pêcheurs a percuté un cargo au milieu de la Méditerranée. Fallait-il exposer cette épave comme une oeuvre d'art dans le cadre d'un festival? Pour le commissaire des Nations unies aux réfugiés, c'est oui.
– Je pense que c'est une chose positive que le bateau soit ici, mais il doit être considéré comme le symbole de ce qui se passe encore actuellement. Ce n'est pas quelque chose qui a disparu, que vous pouvez ignorer.
– Cette année, la Biennale a voulu refléter les crises des temps présents. 79 artistes internationaux ont été invités à réfléchir à la brutalité d'une époque où les murs se construisent plus facilement que les ponts, comme le dit Lorenzo Quinn, sculpteur italien et fils de l'acteur Anthony Quinn.
– Ces mains rappellent que pour faire n'importe quelle chose, il faut construire des ponts, collaborer tous ensemble, unir les cultures.