logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 6h30 sur France 2

– Le seul facteur éventuel est le stress. Je suis assez exigeante. Je suis une tarée du travail. Je ne savais pas que le stress, même positif, la vie à 100 à l'heure, ça pouvait avoir un effet délétère. Je l'ai payé cher.
– Pr C.Mounier-Vehier: Avez-vous encore des impressions d'oppression?
– Non, plus jamais.
– Pr C.Mounier-Vehier: On fait une auscultation des différents foyers cardiaques, des foyers carotidiens et on regarde les artères des jambes. Fréquemment, chez les femmes, on passe à côté de l'artérite, la maladie qui rétrécit les artères des jambes. On peut passer à côté d'une artériopathie diagnostiquée tardivement et se retrouver avec une amputation. Les maladies cardiovasculaires chez les femmes sont moins bien diagnostiquées. Elles ont des symptômes atypiques. En médecine, on a appris sur des corps d'hommes. La maladie est différente. Certaines femmes peuvent faire un infarctus dès l'âge de 30 ans. Généralement, ce sont de grosses fumeuses depuis l'âge de 14 ou 15 ans, qui prennent une contraception combinée, avec des oestrogènes, qui sont précaires et stressées. A la ménopause, c'est le "jackpot". 5 ans après l'arrêt des règles, on a le syndrome métabolique. On prend du poids. La graisse abdominale n'est pas bonne. Ensuite, on a un syndrome vasculaire. Privées d'oestrogènes, les artères deviennent beaucoup plus rigides et s'encrassent plus facilement avec l'excès de cholestérol ou le diabète. Etes-vous toujours migraineuse?
– Pr C.Mounier-Vehier: En consultation, on demande aux femmes de devenir actrices Je leur demande d'acheter un classeur, de bien mettre leurs comptes rendus de consultation ou d'hospitalisation et de bien vérifier qu'on a listé tous les facteurs de risque classiques ainsi que l'âge de leurs 1res règles, le nombre d'enfants qu'elles ont eus, le fait de savoir si elles ont allaité et, pour les ménopausées, l'âge de la ménopause. Ce sont des facteurs de risque spécifiques aux femmes pour lesquels le médecin qu'elles vont voir ne sera peut-être pas aussi alerté concernant les facteurs de risques hormonaux spécifiques.