logo Le moteur de recherche de la télé

Le 6h info


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 6h00 sur France 2

– Elle dure jusqu'au 14 septembre.
– Camille Grenu : La crise du sucre frappe la France de plein fouet. Saint Louis, Cristal Union veulent fermer plusieurs sites de production dans l'Hexagone. Le marché est très volatil et menace l'emploi dans les sucreries.
– Après 96 ans d'existence, cette sucrerie Saint Louis des Hauts-de-France fermera ses portes l'an prochain. Tout comme celle de Cany, en Normandie. Leur propriétaire, le géant allemand Sudzucker, souhaite réduire sa production de sucre sur le continent européen. 130 emplois vont disparaître dans l'Hexagone. scandalisés, betteraviers et salariés manifestent début mai devant l'ambassade d'Allemagne à Paris.
– Les Allemands préservent l'ensemble de leurs bassins industriels. A notre niveau, ils détruisent 2 usines, la moitié de leurs usines en France.
– Un groupe allemand tel que Sudzucker ne peut agir de cette façon au niveau d'une Europe que l'on veut constructive et équitable.
– Depuis la fin des quotas européens en 2017, la production de sucre explose: plus 27 % en 2018. Les cours se sont effondrés: moins 46 % depuis octobre 2016. Soutenus financièrement par les régions Hauts-de-France et Normandie, les agriculteurs espèrent une réponse favorable à leur offre de reprise pour les 2 sites.
– Camille Grenu : Au chapitre santé, l'homéopathie va-t-elle cesser d'être remboursée? 3 Français sur 4 consomment régulièrement les fameux petits granules blancs. 20 000 médecins les prescrivent. La question de l'efficacité de ces produits se pose. La Haute autorité de santé rend son avis aujourd'hui.
– Ces petits granules blancs, aujourd'hui pris en charge à 30 %, pourraient ne plus être remboursés. La commission de la transparence de la Haute autorité de santé doit adopter aujourd'hui un avis sur l'appel au déremboursement pour l'ensemble des produits homéopathiques. 77% des Français disent faire confiance à l'homéopathie. 20 000 médecins généralistes en prescriraient régulièrement. Pourtant, cette pratique est dénoncée par beaucoup comme une supercherie médicale. L'année dernière, un collectif de 124 professionnels de santé publie cette tribune dans Le Figaro, appelant au déremboursement.