logo Le moteur de recherche de la télé

Nous, homos de Guyane


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 1h40 sur France 2

– J'ai 35 ans et j'appartiens à la communauté créole. J'étais à l'école élémentaire quand j'ai pris conscience de mon homosexualité. Pour me convaincre que j'étais comme les autres, je me suis mis en couple avec une fille. J'ai eu un enfant avec elle. Pendant des années, j'ai dû me renier pour plaire aux autres, à la société, à l'entourage familial. Je connais plein de personnes qui vivent ce que j'ai vécu et qui peuvent encore se renier complètement. Dans cette situation, on fait souffrir la personne avec qui on est. J'étais arrivé à un stade où je ne supportais plus de faire semblant. Etj'ai pris la décision de ne plus faire semblant. Salut ! C'est moi ! Je viens de rentrer.
– Ça fait 7 ans qu'on se connaît.
– Quelques mois après, on s'est mis ensemble.
– J'ai 28 ans, je suis d'origine amérindienne et je suis de Saint Laurent.
– Le début de notre relation car mon ami ne souhaitait pas se montrer avec moi. On était obligés de se cacher. J'allais le récupérer chez lui, mais je me garais un peu plus loin.
– On devait s'assurer que tout le monde dorme.
– C'était très épuisant, car on se donnait rendez-vous directement dans des bars, dans un restaurant.
– La 1re fois qu'on est allés dans un hôtel, je me souviens que je n'étais pas à l'aise. Il y a des mimiques, des regards, des choses. Ils ne se rendent pas compte. On a été reçus comme il fallait. Mais je l'ai vécu comme une torture. Je ne l'oublierai pas. On a vécu sous 2 angles opposés. Lui, dans le fait qu'il s'assumait, et moi, je ne m'assume pas encore. C'était compliqué pour lui, L'évolution, on ne la fera pas pour nous. Il faut que la communauté se prenne en main. Il y aura du chemin à faire.
– C'est 200 km plus au sud dans un contexte bien différent, au coeur de la forêt amazonienne, le long de la rivière Lawa qui sépare la Guyane du Suriname qu'est installé Moïse, 32 ans, professeur d'histoire-géo au collège de Maripasoula. Dans cette petite ville isolée de 15 000 habitants, l'anonymat est une notion relative.
– Bonjour, bonjour. Comment allez-vous ? Vous auriez des citrons, s'il vous plaît?