logo Le moteur de recherche de la télé

Nous, homos de Guyane


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 1h40 sur France 2

– etj'ai fait toute ma vie ici. Je me suis rendu compte que j'étais différent en regardant la télé. J'ai vu Tom Cruise à moto et... j'ai compris que c'était bizarre, carje le trouvais beau. Et aussi en jouant avec ma petite soeur. J'aimais bien la coiffer, jouer avec ses jouets. Quand il y avait les cadeaux de Noël, j'étais très fâché car ma soeur avait des Barbie et pas moi. En fait, ici, c'est un lieu particulier. J'ai toujours refusé de venir ici, car il y a 7 ans, j'étais toujours au lycée... Ici, c'est une sorte de raccourci. Mon village est juste par là. Il y a le lycée qui est là. Ce jour-là, j'avais un peu peur de passer par la route parce qu'on rencontre souvent des personnes qui ne nous aiment pas, nous insultent et nous tabassent même. Il y avait 2 individus derrière moi. Je croyais qu'on allait me braquer. Quand je suis passé, on m'a poussé. Je suis tombé. Je ne me suis pas laissé faire, mais ils étaient quand même 2. Deux gars bien grands. Ils ont commencé à me déshabiller, à me gifler et à me frapper. on m'a... On m'a violé. J'ai fait comme si de rien n'était. Je suis arrivé chez moi. Ma mère a vu que ça n'allait pas. J'ai dit qu'on m'avait pris J'avais tellement endossé que je n'ai pas déposé plainte. Parce que... j'avais peur qu'on se moque de moi. Déjà que ma famille n'allait pas bien avec le fait que je sois gay. Je ne voulais même plus exister. C'est ce qui se passe dans les Caraïbes. La plupart du temps, certaines personnes croient qu'en nous violant, on va arrêter. J'ai notamment des amies lesbiennes qu'on a forcées à coucher parce qu'en couchant avec des mecs elles allaient changer.
– Après ce jour, l'ambiance à la maison devient délétère. Ces parents ne parviennent pas à accepter son orientation sexuelle. Emiliano comprend qu'il n'a plus sa place chez lui et décide de s'éloigner du domicile familial. S'ils sont quelques-uns à avoir le courage de s'affirmer ouvertement pour échapper aux discriminations, la majorité des gays en Guyane jugent plus prudents d'adopter la technique du caméléon en feignant d'adhérer à un schéma plus classique.