logo Le moteur de recherche de la télé

Pédale !


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 0h40 sur France 2

– Mon sexe est là, de plus en plus dur, de plus en plus présent.
– Oui.
– Je la mets dans le pantalon ?
– Mais je suis puceau, niais dans tous les sens. Grâce aux confidences et aux revues porno qui tournent, les garçons hétéros, eux, savent comment faire avec les filles. Mais pour les jeunes homos ? Les nouveaux cours d'éducation sexuelle n'évoquent jamais l'homosexualité toujours jugée contre-nature.
– Papa, c'est quoi, un homme ?
– Un homme ? Moi, par exemple, je suis un homme.
– Un homme qui devrait s'essuyer les mains. Tu es aussi un homme.
– C'est plus compliqué que ça.
– Après la projection des films produits par le ministère, le prof laisse la salle 10 mn dans le noir, pour permettre aux garçons de reprendre leurs esprits. Moi aussi, car un des acteurs du film ressemble à Thierry, le 1er désir de mon enfance. Je suis ravi de le revoir plus grand, plus beau.undefined
Concrètement, je dois faire mon éducation sexuelle seul et en cachette. La littérature m'ouvre des pistes. J'achète tous ces livres interdits par les prêtres. Proust, Gide, Sartre. Auteurs jugés décadents et immoraux. L'élève modèle s'encanaille. Dans les cinémas d'art et d'essai, je découvre le film "Un chant d'amour" de Genet. C'est surtout mon 1er film véritablement homo. Sa sensualité me fascine, me terrasse, me rassure aussi. Mon éducation sexuelle se poursuit dans les couloirs et les recoins du Louvre. Les musées sont rassurants. Je découvre la douceur dans la froidure des marbres, la fleur des peaux dans les craquelures des tableaux. Au fil des années, j'invente mon parcours gay, mais je fais attention à ce que personne ne me repère en train de mater les corps dénudés. Je compare mon sexe à ceux des oeuvres d'art qui sont hélas toujours au repos. Je n'ai pas l'occasion aussi souvent d'en voir, alors forcément, ça me fait bander. En sortant rue Saint-Denis, je reluque à la va-vite les vitrines des sex-shops et je découvre l'existence d'une pornographie gay avec des mecs qui posent, qui bandent et qui baisent pour de vrai. Il faut du courage pour acquérir ces magazines, mais j'ai trop faim.