logo Le moteur de recherche de la télé

Pédale !


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 0h40 sur France 2

– "We are having a party, a Tupperware party", Anita Bryant.
– Anita Bryant, chanteuse folk et égérie publicitaire, ouvre la boîte de Pandore.
– We are having a Tupperware party.
– Son association "Save our children" refuse que les Etats américains abolissent toute forme de discrimination sexuelle à l'embauche. Elle présente les gays comme des pédophiles potentiels, prompts à recruter et à convertir les garçons. Les filles, elle s'en moque. Cette terreur est terroriste. Des partisans d'Anita tabassent à mort des gays et déversent leur haine à la radio. La foule scande des slogans.
– D'abord tétanisés, les militants gays manifestent à San Francisco, New York, puis à Londres, Sydney, Berlin. A Paris, ce serait même la première Gay Pride. L'insulte me fait prendre conscience de l'immensité du monde. De mon monde et de sa petitesse. 1977. J'ai 12 ans et la fureur de l'Amérique retentit jusque dans notre maison.undefined
C'est la 1re fois que j'entends mon père dire le mot "pédé" pour appeler en termes très crus l'affaire Trenet, chanteur populaire, emprisonné en 1963 pour avoir détourné un mineur âgé de 20 ans. Mon père haïssait-il aussi les pédales ? Je crois surtout que sa colère exprimait sa déception vis-à-vis d'un chanteur auquel il s'était identifié. Depuis cette crise, je n'ai jamais osé évoquer ouvertement mon homosexualité à la maison. Entendre rabâcher l'association "pédé-pédophile" m'a profondément marqué. Que ce soit dans les films ou les romans, je m'identifiais au corrupteur de la jeunesse. Dans "Mort à Venise", je me suis toujours mis dans la peau du vieux professeur von Aschenbach désirant le beau Tadzio. Pourtant, j'avais le même âge dans le film de Visconti. En vrai, j'étais jeune, mais, dans les fictions, j'étais toujours le vieux. J'étais Socrate, le très laid, jamais le beau Alcibiade. J'étais Oscar Wilde, pas le jeune lord Alfred Douglas. Je n'étais pas Rimbaud. J'étais Verlaine. J'étais Cocteau. Pas Jean Marais. J'étais le Bossu. Pas Lagardère. Ah ! Comme j'aimais les films de Jean Marais. Jean-Christophe, lui, se moquait de mes goûts de vieux.