logo Le moteur de recherche de la télé

Pédale !


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 0h40 sur France 2

– L'insulte roule comme un sifflet entre leurs lèvres. Alors je me surveille plus que je ne m'éveille. Je ne veux pas que mes manières me trahissent. J'essaie d'être le plus naturel possible au regard de mes camarades. Mon "je" joue le jeu. Il collabore. Il se déclare amoureux d'une des jumelles de ma classe en prenant bien soin de ne jamais préciser laquelle. J'ai même fini par croire à mon mensonge au point de ne plus savoir, au fil des ans, si l'élue de mon coeur était Christine ou Isabelle. Au moment du passage au collège, c'est la panique. La maîtresse convoque mes parents. Les a-t-elle prévenus des rumeurs qui couraient sur moi? Je ne crois pas. Sinon ils ne m'auraient pas inscrit dans une école religieuse réservée uniquement aux garçons. A moins que... En cette fin juin, j'ai 11 ans. Et nous, les CM2, sommes les rois du monde. La prof de gymnastique nous fait jouer "une chorégraphie de pédés" comme le clame François. Je m'en moque. Ce spectacle de fin d'année, c'est mon baroud d'honneur. Je me laisse emporter par la musique. Un tango, je crois. C'est comme une délivrance, une insouciance. Je ne danse pas uniquement pour mes parents. Je m'offre corps et âme à mes camarades. Odeur du vent dans les cheveux de Guillaume, le sourire gêné de Frédéric. Celui espiègle de Nicolas. Ces derniers souvenirs sont mes premiers fantasmes, mes premières caresses. Un peu honteux, je me laisse entraîner par cette sensation étrange de malaise et de bien-être, de plénitude et de panique, impossible à contenir comme un éternuement. A vos souhaits. Je jouis. Générique de "Flipper, le dauphin".
– En réalité, je reste des heures devant la télé à guetter et à mater les jeunes premiers des séries américaines. Mon préféré : le jeune blond de "Flipper, le dauphin". L'année 1977 marque un tournant. J'ai 12 ans. La télé commence à parler d'homosexualité toujours depuis l'étranger. En général, aux Etats-Unis. Sirènes de police. L'homophobie américaine fait rage alors. Politique, raciste, hystérique et religieuse, elle fonde l'argumentation de toutes les attaques homophobes à venir.