logo Le moteur de recherche de la télé

Pédale !


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 0h40 sur France 2

– Je viens de passer de l'autre côté. Quand ma mère arrive à l'hôpital, les dames de l'accueil la dirigent vers la morgue, mais elles s'étaient trompées. Trop d'alcool, trop de médicaments. Je reste dans le coma. Electrochocs. La pédale qui est en moi se réveille. 14h durant, elle parle. Mes parents savent désormais que je suis homo pour de bon et pour de vrai. Ils ont pris acte. On n'en a jamais parlé. Mais quand plusieurs années après, je leur ai présenté Martial, l'amour de ma vie, tout était naturel, normal, sûr et évident. Je ne sais pas ce que j'ai pu raconter durant cet état d'inconscience. Peut-être était-ce cette histoire. 2 jours plus tard, je me rends à la Gay Pride de Paris. Je ne suis encore pas très vaillant. Et je me laisse emporter par le mouvement. Les 1ers pas de mon âge d'homme commencent. L'insulte n'aura plus jamais d'emprise sur moi. Je n'ai plus peur. Quand le cortège s'arrête pour rendre hommage aux victimes du sida, je retrouve dans ce silence comme un écho de celui des jours précédents et je pleure et je m'aperçois que je n'avais pas pleuré depuis cet hiver 1973, quand j'avais 8 ans. Sur un char, j'entends une voix qui m'interpelle. C'est François, mon copain d'enfance. "Sylvain ? Regarde. C'est Sylvain. Je t'avais dit qu'il était pédé." Je pars d'un grand éclat de rire. C'est un sacre. Mais oui, c'est vrai. Je suis Sylvain Desmille et je suis une pédale. france.tv access
– A 7 000 km de la France, de l'autre côté de l'Atlantique, pris en étau entre l'océan et une forêt équatoriale, les 300 000 habitants de la Guyane, département français d'Outre-mer, vivent à la manière des insulaires. Ici, tout le monde se connaît ou presque. Une intimité à double tranchant. Pour éviter insultes, agressions, rejet familial, certains adoptent la discrétion voire l'invisibilité comme style de vie. Ce sont les hommes qui s'aiment autrement. Les hommes attirés par les personnes du même sexe. Car l'homosexualité en Guyane et dans les Caraïbes reste un tabou. De Cayenne à Saint Laurent du Maroni, Plusieurs hommes ont décidé d'en parler, de se raconter.
– Je suis Emiliano