logo Le moteur de recherche de la télé

Pédale !


diffusion le mercredi 15 mai 2019 à 0h40 sur France 2

– C'est arrivé d'un coup, sans sommation. La balle dans le dos, direct. Tellement imprévisible que personne n'y a cru. Le philosophe Michel Foucault a ri la 1re fois qu'il a entendu les médias parler de cancer gay. Une maladie qui ne toucherait que les gays. C'était trop laid pour être vrai. Le chanteur Klaus Nomi Michel Foucault est mort peu après. L'acteur Rock Hudson est mort peu après. L'imitateur Thierry Le Luron Et combien de milliers d'anonymes ? Ma culture gay a le visage de ces morts. Grâce aux nécrologies, j'apprends que les homos aussi ont une histoire. Comme tous ceux nés entre 1961 et 1981, j'appartiens à la génération X, assez jeune pour avoir assisté à la révolution sexuelle, mais trop jeune pour avoir pu y participer. Face à un avenir incertain, je mets mes pas dans l'empreinte des combats du passé. J'aurais voulu me retrouver en juin 1969. Parmi les travelos et les jeunes pédés qui s'étaient révoltés contre les brimades et les violences de la police new-yorkaise. Un an plus tard, la marche commémorant ces émeutes inaugure la 1re Gay Pride. Je défile avec eux, je crie avec eux. Je suis l'un des leurs. Nous avons le même âge. Les manifestants scandent des slogans.
– Les passants sont trop choqués pour oser nous insulter. Nous sommes trop nombreux, trop nombreux de par le monde. La révolution sexuelle américaine devient ma référence absolue. Je prends conscience que mon identité transcende tous les clivages, peu importe la classe sociale, la couleur de la peau, la religion ou la nationalité. Ma différence se moque de toutes ces différences. Elle les accueille et elle les abolit. Etre gay. c'est être tout cela et moi, j'apprends à dire : "je suis" en disant : je suis gay. En revanche, plus les homos réduisent les discriminations et plus les homophobes issus de toutes les communautés élèvent la voix. Tous les prétextes sont bons, même les plus ignobles.
– Le sida est perçu comme une malédiction et une revanche divine. Aux cris de : "God hates fags", "Dieu hait les pédés", on tue les homos à coups de batte, à coups de poing et de pied.