logo Le moteur de recherche de la télé

Mauvais rêve

Un cas pour deux


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 15h05 sur France 3

– Personne ne peut s'imaginer ça.
– Je me suis mariée en Amérique dans l'espoir de tout recommencer. Mais mon mari n'a pas supporté d'être réveillé par une femme qui hurlait une nuit sur deux.
– Je suis désolé pour vous.
– Ça aurait été moins douloureux s'ils avaient été arrêtés. Si au moins on avait pu les juger pour leurs actes. Je ne pouvais plus me débarrasser de ces fantômes. Jusqu'au fameux jour à Vienne.
– Vous auriez dû prévenir la police.
– Vous savez ce que valent les souvenirs d'une enfant. Et je n'avais pas de preuves. Et les wagner pouvaient s'offrir les meilleurs avocats. Alors... J'ai décidé de trancher le noeud gordien... et de mettre fin à mes cauchemars.
– Après l'avoir vue ici avec moi, vous l'avez rejointe à son hôtel, le soir même, armée de votre
– Oui. pistolet ? C'est vrai, c'est celui que j'ai hérité de mon père.
– Vous vouliez la tuer ?
– Je lui avais laissé une chance ! Un mot d'excuse, de regret ! Au lieu de ça, elle m'a proposé un marché. Elle a voulu m'acheter. Elle... Elle est allée chercher les pierres dans son coffre et... Et me les a vidées sous le nez comme un cadeau. Comme pour réparer avec des diamants le mal qu'on a fait endurer à une petite fille. C'est après ça que j'ai aPPUYé-
– Et Wagner, son mari?
– Une fois la main dans l'engrenage, la main entière Des voitures arrivent.
– Ça y est, c'est la police.
– Enfuyons-nous ensemble ! On peut encore partir sans qu'on nous retrouve. Je vous en prie !
– Vous savez bien qu'on ne peut pas fuir ses souvenirs. Alors je vais sortir. C'est fini.
– Je ne veux plus jamais qu'on m'enferme.
– Où est la femme ?
– Ça rime à quoi votre cirque ? Vous avez lu la lettre ? Elle avoue être l'assassin.
– Permettez !
– Toi surveille ces preuves !
– Il a pu la contraindre à écrire ça. Ce ne serait pas la 1re fois.
– J'exige qu'on lui retire les menottes !
– C'est hors de question.
– Vous faites erreur ! Verena risque d'attenter à ses jours. Il faut l'en empêcher !
– Vous êtes un affabulateur !
– Elle a noté dans sa lettre l'endroit de ses rêves. Je crois savoir où c'est.
– Emmenez-le.
– Quelle preuve vous faut-il ? Si Mme Roth se suicide, vous...
– Laissez-nous ou nous emploierons la force...
– Il a raison ! Otez-lui les menottes.
– Merci. Les sirènes hurlent. Une détonation retentit. france.tv acces