logo Le moteur de recherche de la télé

Mauvais rêve

Un cas pour deux


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 14h15 sur France 3

– C'est moi, pourquoi?
– C'est vrai ? Ecoute.
– Je dois voir immédiatement le juge d'instruction.
– S'il te plaît, écoute 1 minute. Matula n'a rien à voir avec le meurtre.
– Arrête, d'après les empreintes, ton client est l'auteur du meurtre ou le complice.
– Je connais Matula depuis des années.
– Je représente le ministère
– Je te rappelle que ce matin nous prenions le petit-déjeuner ensemble.
– Je vais enfreindre la loi parce que nous avons fait l'amour ?
– Nous aurons le résultat de la balistique demain matin.
– Faites-le moi parvenir aussitôt.
– Bien sûr Mme Jacobs.
– Retirez-lui les menottes. Veuillez vous asseoir auprès de votre avocat. Joset arrête !
– Donnez l'alarme, qu'on bloque toutes les issues.
– Matula, ne bougez pas ! Nom de Dieu !
– Et tu me demandais de te faire confiance ? Vous êtes convoqué comme témoin ?
– Oui. Il faut que je file.
– Excusez-moi, vous n'auriez pas vu un homme courir, un blond ?
– Si, dans cette direction. Où puis-je voir le commissaire Zang ?
– Attendez-le ici. Un homme chantonne. Il chante en anglais, sous la douche.
– Merci, j'étais pressé, alors, forcément. J'ai des billets pour le match.
– Ils vont encore en prendre plein la gueule.
– Mais qui est là ?
– Tu es enfin habillé comme un homme civilisé.
– C'est pour ne pas être reconnu. Vous auriez des ciseaux pour couper ça 7
– Il faut te rendre.
– Autant aller en prison.
– J'en ai parlé avec le juge. Nous devons négocier.
– Quoi, la télé dans ma cellule, en attendant que je passe au tribunal?
– Je n'ai pas pu te défendre.
– Zang ne me laisse aucune chance.
– A l'époque tu l'avais accusé.
– Il avait tabassé un détenu.
– Tu étais le seul à l'avoir vu.
– J'ai été le seul à oser témoigner. Le juge l'a acquitté.
– La presse a détruit son image. Il t'en veut. Le mieux c'est de te rendre.
– Comment t'espères pouvoir m'en sortir ? Il n'y a que moi qui puisse arranger ça. Quand j'aurais des preuves, je me rendrai. D'accord ?
– On ne peut pas discuter avec toi. Tu dois disparaître. Je suppose que tu as besoin d'argent? Tiens, voilà.
– Merci. J'espère que tu es conscient d'aider un criminel à prendre la fuite ?