logo Le moteur de recherche de la télé

Météo à la carte


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 13h10 sur France 3

– Voici les ingrédients pour le préparer chez vous.
– Bon appétit, "Météo à la carte"!
– Marine Vignes : De la bonne cuisine et de la bonne musique. On n'est pas bien, là? P.Hernandez sera sur la scène du Stade de France samedi soir avec la tournée "Stars 80".
– Laurent Romejko : Ce pantalon traverse les époques et se porte en toute saison: le jean. Dans l'atelier familial de Julien et Myriam, on fabrique tous les modèles avec un mot d'ordre, la qualité.
– Ça coupe, ça coud, ça assemble. A Florac, dans le parc national des Cévennes, une petite unité de confection de jeans résiste encore et toujours à l'envahisseur asiatique et ses textiles à bas coût. C'est l'histoire d'une entreprise plus que centenaire qui a failli disparaître. Elle a connu des beaux moments et d'autres plus tristes.
– On attaque la belle saison. Vous aurez du mal à nous croire aujourd'hui. Quand il pleut, il pleut.
– Julien et son épouse Myriam représentent la plus ancienne fabrique de jeans encore en activité en France. Ils n'ont que la trentaine mais peuvent s'appuyer sur quelques générations avant eux.
– On n'est pas débutants en la matière. Ça fait plus d'un siècle qu'on fait ça, ici, à Florac. On est confectionneurs et maîtres tailleurs de métier. On travaille les rouleaux de toile, la plus locale possible. On va magnifier cette toile.
– C'est le fameux pantalon en toile de Nîmes qui deviendra plus tard le blue-jean.
– Pourquoi fabriquer du jean à Florac? C'est une histoire de météo.
– C'est le début des temps modernes. C'était au départ une grosse toile qui servait à faire des tentes et des voiles de bateaux. Le tissage était très serré, ce qui lui permettait d'être étanche.
– Cette entreprise a compté jusqu'à 45 salariés. La concurrence des pays du Maghreb puis de l'Asie a réduit les effectifs. Julien a repris les affaires en main en se positionnant sur le haut de gamme.
– Je suis passé salarié, ce qui est très agréable. Je suis là pour former les petits jeunes, leur apprendre les combines du métier.
– Il n'y avait plus que 2 salariés. Ils sont désormais une dizaine, bien décidés à aller de l'avant.