logo Le moteur de recherche de la télé

Cap Sud-Ouest


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 9h45 sur France 3

– Les chiens aboient.
– Une meute, c'est une organisation particulière.
– Ça vit comme une meute de loups, avec une hiérarchie bien posée, un mâle dominant et une femelle dominante. Ça descend comme une pyramide.
– Il y a quasiment 25 ans, comment as-tu eu le désir de devenir musher?
– J'avais une dizaine d'années, je suis tombée dans le Jack London, j'en ai lu quelques-uns. Puis je suis passée sur du Clavel, du Varigas, les expéditions de Paul-Emile Victor. A 18 ans, je travaillais à l'époque en Allemagne etj'ai acheté mon 1er chien.
– Le chien de traîneau est le moyen idéal pour se déplacer dans de très grande étendue. C'est très ancien comme moyen de transport?
– Ça remonte à 4 000 ans avant J.-C. avec la 1re utilisation du chien de trait par l'homme.
– Tant que ça? Comment le sait-on?
– Par des peintures rupestres. Des dessins, en fait.
– Qu'y trouves-tu, toi?
– J'y trouve mon équilibre. Si je fais ça, c'est parce que c'est J'ai lié ma passion à mon travail, j'en ai fait mon métier depuis quelques années.
– Piloter, c'est vraiment un savoir-faire? Ce n'est pas accessible à tout le monde?
– Si, c'est accessible aux débutants. On l'enseigne à partir de l'âge de 8 ans. En pilotant à entre 2 et 4 chiens suivant son poids.
– Tu veux dire que je peux être un peu musher?
– Oui, je peux te donner des consignes et tu pourras me suivre et faire une randonnée avec moi en montagne.
– Je te suis.
– Après ce joyeux baptême en traîneau, Eric revient en Béarn, à Garlin, à quelques kilomètres de Pau pour découvrir l'histoire étonnante de Villacampa, la seule marque de ski 100% Pyrénées. Un ski pas comme les autres, un ski en bois. Tout a commencé en 2015 quand Jack Fauvel décide d'unir des énergies afin de trouver de nouveaux débouchés pour la filière bois.
– Où se trouve-t-on, Jack?
– On est dans l'atelier de Jérôme. Comme tu le sais, c'est un projet d'entreprise. J'ai imaginé la marque, le concept, les skis en bois, il me fallait des compétences, je ne suis pas très doué avec mes mains notamment. Ici, on fabrique des meubles, des fauteuils, des tables, des cuisines et aussi les skis Villacampa.