logo Le moteur de recherche de la télé

Littoral


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 9h15 sur France 3

– On considère que c'est une sépulture. Nicolas étant un ancien sous-marinier, ce sont des choses pour la Marine. Il n'y avait pas d'ambiguïté, on ne rentrait pas dans l'épave.
– A Cherbourg, la nouvelle de cette découverte a d'autant plus ravivé le souvenir des pionniers de l'aventure sous-marine que c'est ici, au chantier de l'Arsenal, que le Vendémiaire fut construit.
– Ce sous-marin de type Pluviôse, ce sont des doubles propulsions, vapeur en surface et électricité en plongée. Il ne plongeait que sur les théâtres d'opérations, à proximité de l'ennemi. Cette chaudière produisait de la vapeur qui entraînait les hélices en surface et permettait aussi de recharger les batteries grâce à des générateurs. Ces photos sont intéressantes car elles montrent de manière détaillée, ce sont des gros plans sur certaines parties du sous-marin. On voit très bien la brèche dans la coque causée par l'étrave du Saint-Louis. Le sous-marin était en immersion périscopique, très près de la surface. Il avait son périscope de jour qui dépassait de la surface. C'est une situation toujours très délicate, même pour les sous-marins modernes. Un sous-marinier préfère de profondeur qu'à 17m. Il ne faut pas oublier qu'à l'époque, il n'y avait aucun instrument de navigation en plongée. Il n'y avait pas de GPS, évidemment. Pas de sondeur. C'était vraiment à l'estime. C'était très difficile, pour le commandant du sous-marin, de connaître exactement sa position par rapport à celle de l'escadre qui arrivait.
– Le Vendémiaire et le Saint-Louis étaient tous 2 des bâtiments de la Marine nationale. Aussi, dès le lendemain de la catastrophe, une commission d'enquête fut diligentée au sein de l'état-major pour à la fois déterminer la responsabilité mais surtout pour pointer les éventuelles défaillances techniques.
– Je ne me souviens plus des conclusions de la commission d'enquête. Mais ça s'est arrêté assez rapidement puisque de toute façon, aucun membre d'équipage ne pouvait témoigner du côté du Vendémiaire et on n'avait pas accès à l'épave. Dans ces cas-là, l'épave nous donne des indications de ce qui a pu se passer.