logo Le moteur de recherche de la télé

Je t'aime, etc.


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 15h15 sur France 2

capture
– A.Vincenti: Vous parliez des libertins. Il y a une expression de la langue française que j'aime beaucoup: "Ça lui est tombé dessus comme la vérole sur le bas clergé". Un homme d'Eglise qui avait la vérole, on comprenait bien qu'il s'était passé un truc.
– Dr P.Bauwen: Le dernier stade est celui que vous n'avez pas envie de voir. Il y a des lésions neurologiques. C'est comme ça que certains écrivains étaient complètement délirants.
Ça a frappé notamment Toulouse-Lautrec. Il y a la neurosyphilis. Il y a des atteintes osseuses. Au stade 2, on dépiste et on traite. On traite en 4 points. D'abord, injection d'antibiotiques. Ça fait mal mais c'est radical. On est guéri. Ou alors, des comprimés en 15 jours. Il faut attendre une quinzaine de jours pour ne plus être contagieux. On peut faire ensuite une prise de sang au bout de 15 jours. Il faut ensuite traiter les partenaires. Ça promet quelques petites discussions.
capture
– Janane Boudili : Les prévenir aussi. On n'en meurt plus, maintenant.
– Caroline Diament : Quelqu'un qui l'a eue, ça revient à répétition?
– Dr P.Bauwen: Une fois qu'on est guéri, ça ne revient plus, comme une angine.
– D.Burki: Vous avez eu le temps de repérer, de consulter et surtout de soigner et prévenir vos partenaires. Merci beaucoup. Merci, Aurore. C'était un régal. Je vais vous donner un autre chiffre tabou et difficile à vérifier. On estime qu'en France, on a entre 500 000 et 1,5 million de femmes qui auraient une consommation d'alcool problématique. Les études sont claires sur un point: les femmes boivent de plus en plus et de plus en plus jeunes.
Nous avons rencontré une femme qui a courageusement accepté de témoigner. L.Cottet était une working girl dans une grande entreprise du BTP. Elle avait l'alcool mondain. Un jour, l'alcool a pris plus de place dans sa vie. Laurence s'est mise à boire au travail, chez ses amis, chez elle, seule... L'alcool est rentré très tôt dans la vie de Laurence. C'était à 12 ans que la Parisienne a bu ses 1ers verres. Au début, ce ne sont que de petites gorgées presque innocentes lors de repas familiaux.
capture