logo Le moteur de recherche de la télé

Je t'aime, etc.


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 15h15 sur France 2

capture
– Le site est français, mais les bureaux sont à Miami. On a appelé la directrice de la communication.
– Pour moi, l'adultère féminin est encore tabou. On va difficilement dire à son collègue de travail qu'on a trompé son mec. On n'en parle pas. Si l'adultère n'était plus un tabou, notre plate-forme n'aurait plus de sens. Les gens seraient polyamoureux et n'auraient plus besoin de cette plate-forme pour des rencontres discrètes. En 2009, on était sur 30 % de femmes et le reste d'hommes. Aujourd'hui, on est au-dessus de 40 %. L'infidélité féminine se développe de plus en plus avec les années. On peut imaginer que, dans 10 ans, les femmes seront plus nombreuses que les hommes sur la plate-forme. On parlera peut-être plus facilement de son nouveau coup de coeur. "J'ai mon mari, mais j'ai aussi eu Pierre ou Paul comme amants." Il y a une vraie barrière à l'heure actuelle.
– Caroline Diament : C'est n'importe quoi, ce qu'elle dit! Elle est toujours à Miami?
– D.Burki: Oui. Qu'est-ce qui vous déplaît?
capture
– Caroline Diament : Elle mélange plusieurs trucs. "Polyamour"...
– D.Burki: Ça n'a rien à voir!
– Caroline Diament : Elle parle aussi de quelque chose d'autre. Ce n'est pas parce que quelque chose est tabou qu'on va crier sur tous les toits au risque de blesser sa conjointe. On peut assumer son passé en disant qu'on a été infidèle, et on va protéger son conjoint et sa conjointe. Elle mélange un peu tout.
– D.Burki: Elle considère que c'est normal de prendre un amant et une maîtresse ou une maîtresse et d'en parler.
– Alexandra Hubin : J'avais envie de faire un petit hic. En tant que sexologue, il faut faire attention. En parler, ça blesse. Ça crée une blessure narcissique profonde.
– Caroline Diament : Bien sûr!
– Claudia Weill : Dans ces cas-là, mieux vaut prôner la discrétion. Il y a une obligation de discrétion quand on s'inscrit vis-à-vis du partenaire qu'on peut éventuellement rencontrer.
– Caroline Diament : Sinon, les gens ne s'inscriraient pas.
capture