logo Le moteur de recherche de la télé

Je t'aime, etc.


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 15h15 sur France 2

– Alexandra Hubin : Etre un Casanova, c'était plutôt valorisé. J'ai plutôt l'impression qu'on n'applaudit plus des deux mains un homme infidèle.
– Janane Boudili : On l'excuse plus facilement qu'une femme.
– Claudia Weill : De la part d'un homme, on dit que c'est physiologique et qu'il obéit à une pulsion sexuelle. Pour la femme, c'est différent. Si elle est infidèle, elle s'engage effectivement. Son infidélité est plus grave.
– Aram Manoukian : C'est XIXe siècle! que je souscris. Je décrypte.
– D.Burki: On va rentrer dans les détails. Merci pour vos 1res réactions. Voici ce que vous en pensez.
– On apprend aux garçons qu'ils peuvent se permettre de faire certaines choses et aux filles que ce n'est pas bien, qu'elles sont vulgaires, putes...
– Les femmes ont du désir, mais le désir de la femme est tu, tabou. L'infidélité fait partie de cette pulsion du désir. On ne parle pas de l'infidélité des femmes dans la société.
– Je connais quelqu'un qui connaît une infidélité de femme!
– Je n'ai jamais compris pourquoi un homme qui couche avec 40 femmes est un héros. pourquoi "salope" était un mauvais mot. Les salopes sont magnifiques.
– Pourquoi les hommes trompent plus?
– Ça reste à prouver...
– Claudia Weill : Il faut bien des femmes pour les tromper!
– Caroline Diament : Parfois, les femmes sont libres.
– Aram Manoukian : Il faut que les femmes trompent pour tromper?
– D.Burki: Je vais vous donner quelques chiffres. admettaient avoir été infidèles. En 2016, c'est 33 %. Il y a la libération de la parole. Il y a une grande progression.
– Claudia Weill : Et la libération dans l'acte.
– D.Burki: En 1970, l'adultère était encore pénalement répréhensible pour les femmes. Ça a été abrogé le 11 juillet 1975, 6 mois après la loi pour l'IVG.
– Aram Manoukian : Ça voulait dire qu'une femme pouvait être condamnée en prison?
– D.Burki: Non, une amende.
– Claudia Weill : Si on risque la prison ou une amende parce qu'on a trompé, on ne va pas en parler.
– D.Burki: Les chiffres sont tirés d'une étude Ifop réalisée pour un célèbre site de rencontres. Il avait fait beaucoup parler. Il avait été conçu par des personnes en couple qui souhaitaient tromper leur conjoint.