logo Le moteur de recherche de la télé

Je t'aime, etc.


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 15h15 sur France 2

– A 15 ans, l'adolescente est en mal de confiance en elle. Elle boit en soirée pour se donner une contenance. Elle a l'alcool festif. Elle ne se méfie pas. A 35 ans, elle devient une jeune femme brillante à qui tout réussit. Un événement va tout faire basculer.
– Je m'appelle Laurence. J'ai 57 ans. Je suis devenue alcoolique à la suite d'un événement tragique. J'ai été rédactrice juridique. On a embauché un directeurjuridique. Quand je l'ai vu pour la 1re fois, ça a été un véritable coup de foudre. Quel bel homme! Pendant 2 ans, j'ai eu des relations professionnelles. Je le vouvoyais. C'était un amour platonique, jusqu'au jour où ce monsieur m'a dit qu'il avait une grosseur au niveau d'un testicule. Je lui ai proposé de l'accompagner à une consultation. C'était terrible. Il va à sa consultation. Je suis restée dans la salle d'attente. Je le vois revenir tout penaud. Il m'a dit qu'il avait un cancer Je lui ai dit que ce n'était pas grave. Je lui ai dit qu'on allait gérer et que je resterais à ses côtés. Il m'a dit qu'il m'aimait. C'est toujours beaucoup d'émotion pour moi. Cet événement cruel de l'annonce d'un cancer fera aussi que c'est notre plus beau jour. Nous allons nous déclarer mutuellement notre flamme. 6 mois plus tard, on se fiance. Très rapidement, on va se marier. Malheureusement, cet amour va être de courte durée. 5 ans plus tard, le cancer de Pierre nous rattrape. Le 31 mars 1995, à 5h, Pierre va décéder dans mes bras.
– A 35 ans, Laurence devient veuve. Incapable de gérer son deuil, elle trouve refuge dans l'alcool. C'est le début de ce qu'elle appellera sa chute libre. Une descente aux enfers qui va durer plus de 10 ans. Lorsqu'elle passe devant son ancien appartement, les souvenirs de cette période remontent.
– C'est vraiment là que j'ai vraiment souffert de l'alcool. Là-bas, j'allais chercher mes bouteilles quand j'étais en manque. Là, c'est le supermarché où j'allais me ravitailler. Ce n'est plus une vie. Je m'enfermais comme un rat dans son trou. J'étais constamment ivre. Mon quotidien, durant les dernières années où j'étais vraiment dans la dépendance, c'était d'essayer d'assumer mes responsabilités professionnelles.