logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 14h05 sur France 2

capture
–  Dr F.Ferreri: L'orientation sexuelle n'est pas un choix. Il n'y a pas à chercher d'explication. Ça arrive naturellement.
– EBollaert: Elle a pu chercher à s'inventer des histoires avec d'autres hommes pour essayer de noyer le poisson et vous rassurer, éviter le conflit?
– Christine: Oui. Une fois, elle avait quitté une petite copine. Elle allait souvent dans un quartier d'Angers rejoindre un ami. Elle allait souvent chez lui le week-end. Un jour, je lui ai dit que ce serait bien qu'il vienne à la maison faire connaissance. "Je ne suis pas prête à vous le présenter." A chaque fois que j'avais des nouvelles comme ça, j'en parlais à Eric.
– EBollaert: Vous, vous faisiez l'ascenseur émotionnel. "Tout l'avenir sexuel de ma fille repose sur ce garçon."
capture
– Eric: Elle a voulu nous faire plaisir en disant qu'elle était avec un garçon. Sa mère l'a découvert. C'était bien une copine.
– EBollaert: Ça a dû être très dur pour vous.
– Eric: Christine a dit à sa fille: "Je vais le dire à papa, mais je ne sais pas comment." J'allais accepter et elle en a remis une couche avec cette histoire de garçon. Finalement, ce n'était pas ça. J'ai pété un câble en face de Christine.
– EBollaert: De colère, de tristesse?
– Eric: C'était une trahison. J'avais travaillé sur ça et j'avais accepté. Pour me faire plaisir, elle m'a fait un mal immense. J'avais fait le travail de dire: "Elle est homosexuelle, on va faire avec", et puis, je me suis dit: "Peut-être qu'elle va revenir sur les garçons" pour en prendre une deuxième couche derrière. Ça m'a carrément détruit. Elle a cru faire bien et elle a fait très mal.
– Christine: Elle ne voulait pas décevoir son père.
– EBollaert: C'est intense. Vous utilisez des mots très forts. Vous dites que vous avez retrouvé goût à la vie quand vous avez cru à cette relation avec un homme et que, derrière, vous vous êtes à nouveau écroulés. Ça vous est arrivé, de vous inventer des relations pour ne pas blesser vos parents, tous?
– Jean-Thomas: Moi, oui, ça m'est arrivé. Ma mère était très mal. Elle pleurait beaucoup et avait du mal à manger.
capture