logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 14h05 sur France 2

capture
–  Christine: Oui, on est rassurés.
– EBollaert: Que vous a répondu votre fille quand vous lui avez posé la question?
– Christine: Dans la cuisine, je lui dis: "J'aimerais parler avec toi. J'ai l'impression que tu es plutôt attirée par les jeunes filles que les jeunes hommes. Est-ce que tu penses avoir une attirance pour les jeunes filles?" Avec tout son naturel, elle m'a répondu: "Maman, nous, les jeunes, on essaie tout. Je me cherche, pour l'instant." Je lui ai répondu un peu brutalement, je l'ai regretté plus tard: "Cherche-toi mais cherche-toi bien, par contre."
– EBollaert: Un peu sèchement... Ça l'a marquée?
capture
– Christine: Je ne sais pas. Je ne lui ai pas redemandé.
– EBollaert: C'est vous qui vous en êtes voulu d'avoir dit ça. Au fond, vous avez ressenti quoi, quand elle vous a dit: "Je me cherche"?
– Christine: Ça m'a fait mal. Elle ne répondait pas franchement à la question. Je me suis dit qu'on commençait à rentrer dans quelque chose... On ne sait pas. On ne s'y attendait pas.
– EBollaert: C'est le fait de ne pas connaître qui vous a fait peur? Qu'est-ce qui vous dérangeait dans le fait que votre fille soit homo?
– Christine: On avait tracé un avenir pour elle, comme tous les parents. Tout allait bien, c'était une belle grande jeune fille, mince... On la voyait avec un beau jeune homme.
– Félix Bollaert : Elle allait se marier avec le prince charmant, avoir des enfants... C'est quelle sorte de cette voie toute tracée, qu'elle ne soit pas dans ce que vous aviez écrit pour elle. Eric, c'était ça aussi?
– Eric: Totalement. Je ne comprenais pas. Ma femme faisait toujours le tampon. Il y avait le dialogue mère-fille. Elle filtrait un peu et elle donnait à papa. Et papa se disait que c'était quand même bizarre. Tout allait bien pour elle. Et comment vont réagir les gens?
– EBollaert: Vous pensiez qu'on allait dire quoi d'elle, de vous, de votre famille?
capture