logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 14h05 sur France 2

–  Eric: On n'est pas préparé à ça. C'est sa princesse. Ce n'est pas ce qu'on a prévu. On passe par des moments de doute. On se demande pourquoi. Il faut se dire que si notre enfant est heureux, on est heureux. Il faut dépasser le qu'en-dira-t-on.
– EBollaert: C'est fou! Le plus dur, c'est le regard des autres. Est-ce que vous avez senti quelque chose? Vous vous posiez des questions sur la sexualité de votre fille?
– Christine: Oui. Notre fille était en 3e ou 4e. J'ai senti quelque chose, je ne sais pas pourquoi. Il y a eu un changement dans son comportement, dans ses habitudes vestimentaires, sa coiffure. Un jour, je lui ai posé la question.
– EBollaert: Quel âge avait-elle?
– Christine: Elle devait avoir 14 ans.
– EBollaert: Vous aviez vu aussi ce changement, Eric?
– Eric: Non. Je crois que la maman ressent des choses que le papa... Je ne voyais pas. Elle a eu le nez très fin. Ça nous a bien aidés. Quand la maman le voit avant que l'enfant n'en parle, ça bouge beaucoup de barrières.
– EBollaert: C'était quel genre d'ado, votre fille?
– Christine: Sportive. Elle a commencé par de la gym, puis de l'escalade, de l'athlétisme. Un jour, elle a voulu faire du football.
– EBollaert: Ça vous a posé un problème?
– Eric: Un peu. Je suis éducateur sportif. Il y a 70 % de femmes homosexuelles dans le footbaIl féminin.
– EBollaert: Quand elle vous a dit qu'elle voulait faire du foot, c'est comme si elle vous disait qu'elle était homo.
– Eric: Je lui ai dit qu'elle n'irait pas. Je voulais la protéger de ça. J'ai bien fait! Ça n'a servi à rien.
– EBollaert: Vous aviez quel regard sur l'homosexualité avant que ça concerne votre fille?
– Christine: On n'avait pas des regards malveillants. On est assez ouverts. Mais tant que c'était chez les autres.
– EBollaert: Vous n'êtes absolument pas homophobes, mais quand c'est votre enfant, ça pose une question.
– Christine: On se demande ce qu'on a fait ou pas fait, si on l'avait trop poussée dans le sport... Ça lui a plus donné un côté sportif
– Eric: On se demande toujours
– EBollaert: Aujourd'hui, vous savez que vous n'avez strictement rien fait?