logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 13h00 sur France 2

– Leur cercueil recouvert du drapeau tricolore est porté par leurs frères d'armes, membres des forces spéciales, masqués, pour protéger leur identité. Le silence avant que ne raisonnent bombardes et cornemuses dans la cour des Invalides. Un bagad célèbre 2 commandos marines, 2 soldats d'élite. 2 militaires côte à côte, unis par le même destin. Ils ont perdu la vie pour sauver 4 otages. Au premier rang, la douleur des familles. Certains tiennent un portrait dans leurs mains. Tous mesurent l'ampleur de l'engagement de leur fils, leur ami, leur compagnon. Pour le président de la République, chef des armées, ils sont morts en héros.
– Les officiers mariniers étaient des soldats hors normes comme peu d'armées dans le monde ont la chance d'en compter. Maître Pierrepont, maître Bertoncello, vous qui vous êtes entraînés ensemble, vous que la mort à jamais a unis, voyez la nation rassemblée dans cette cour des Invalides pour rendre l'hommage que vous méritez. Tous les 2 sont décorés à titre posthume.
– Au nom de la République française, nous vous faisons chevaliers de la Légion d'honneur.
– Après une minute de silence, les 2 cercueils quittent la cour d'Honneur. Une cérémonie solennelle et émouvante d'un peu plus d'une heure, l'hommage de la nation à 2 militaires morts pour la France.
– M.-S.Lacarrau: On retrouve Lwittenberg aux Invalides. C'était une cérémonie solennelle et émouvante?
– Lwittenberg: Effectivement. La plus grande émotion, c'est lorsque ces 2 cercueils sont entrés portés par ces hommes en treillis, aux visages masqués, pour des raisons de sécurité, car ils font partie, comme les 2 hommes que l'on honorait aujourd'hui, de ce commando Hubert et qui ne doivent pas être reconnus. Emotion très forte à la fin de la cérémonie lorsque les familles se sont étreintes après l'hommage du président de la République. Une partie des familles était avec les autorités militaires, mais il y avait les frères de Cédric de Pierrepont qui s'enlaçaient, qui essayaient d'oublier ce moment douloureux et qui essayaient d'en faire un exemple pour la famille.