logo Le moteur de recherche de la télé

Tout le monde veut prendre sa place


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 12h00 sur France 2

capture
– Nous avons beaucoup parlé d'émotion, légitimement. Mais l'émotion ne doit pas masquer l'action. Il y a 4500 militaires français, des forces de l'ONU, des camarades africains. Le combat continue. Le terme d'enlisement m'exaspère. Ce sont des combats de longue durée sur des problématiques très longues. Ce commando est le seul des 7 commandos marine à se trouver à Toulon. Il a longtemps été en Algérie. Il a traversé la Méditerranée quand les Français ont quitté l'Algérie. A Toulon, il n'y a pas de marées. Cela permet de s'entraîner plus facilement. Il y a la force d'action navale, qui se trouve également à Toulon. Le commando Hubert est un commando stratégique.
– M.-S.Lacarrau: A.-C.Poignard est à l'extérieur des Invalides. Vous êtes avec une Parisienne qui s'est rendue au plus près de la cérémonie.
capture
– A.-C.Poignard: Oui, Olga a quitté son travail pour venir assister à cette cérémonie. Quelle image vous retiendrez de cette cérémonie?
– C'est l'image de l'entrée des 2 cercueils dans l'enceinte des Invalides. C'est une image qu'on ne peut pas oublier. En regardant les 2 cercueils, je me suis demandé comment les gens, de nos jours, peuvent s'engager autant, jusqu'à donner leur vie pour sauver celle des autres. Je me devais d'être là.
– A.-C.Poignard: On a senti l'assistance très émue pendant la cérémonie. Il y avait un silence qui planait sur le public. Racontez-moi comment vous avez vécu cela. un recueillement, comme si c'était quelqu'un de notre famille. Nous étions là pour les accompagner. Autour de moi, j'ai ressenti de la cohésion. Nous étions ensemble. On ne se distinguait pas les uns des autres. On se devait d'être là. On était réunis autour d'un sentiment fort, leur rendre hommage.
– A.-C.Poignard: Merci beaucoup. Les cercueils ont été applaudis à la sortie de l'hôtel des Invalides par le public.
capture