logo Le moteur de recherche de la télé

Tout le monde veut prendre sa place


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 12h00 sur France 2

capture
–  A.-C.Poignard: Vous avez été touché personnellement par cette cérémonie?
– Totalement. C'était solidaire et solennel. Tout le monde était concerné. Il y avait plusieurs types de forces spéciales. On est tous ensemble, unis, non pas dans la même galère... Mais on est tous ensemble. Nous sommes jeunes. Ces personnes avaient à peu près le même âge que nous. Ça pourrait être nos cousins ou nos amis. Ils défendent nos valeurs à l'étranger.
– A.-C.Poignard: Un public très touché par cette cérémonie.
– M.-S.Lacarrau: Effectivement. Nous avons une autre réaction à partager avec vous, Lwittenberg. Vous êtes avec Richard Lis, un ancien membre des fusiliers marins.
– Lwittenberg: Tout à fait, avec une très grande émotion. Vous avez aussi servi en Afrique entre 1978 et 1982. Que ressentez-vous?
capture
– R.Lis: Beaucoup d'émotion. C'est l'une des rares fois où on se retrouve aussi nombreux réunis pour ce genre d'occasion, qui, malheureusement, n'est pas celle qu'on souhaiterait.
– Lwittenberg: Quand on est fusilier marin comme vous l'avez dit, est-ce qu'on sait que cette mission peut aller jusqu'au sacrifice ultime?
– R.Lis: Ça fait partie de notre raison d'être.
– Lwittenberg: Qu'est-ce qu'on ressent quand on accompagne des camarades?
– R.Lis: Ça aurait pu arriver à n'importe quelle autre personne parmi nous. Le sacrifice ultime de ces 2 personnes montre un peu le quotidien de ces commandos.
– Lwittenberg: C'est côtoyer la mort?
– R.Lis: C'est ça. Le risque est permanent.
– Lwittenberg: Merci. Vous êtes ancien fusilier marin.
– M.-S.Lacarrau: Merci. On va retrouver M.Burgot, qui a une image poignante à nous commenter.
– Maryse Burgot : C'était il y a quelques minutes. C'est encore le cas en ce moment.
Il y a une partie des familles qui parle avec E.Macron à l'intérieur des salons des Invalides. Il y en a d'autres, ceux qui sont restés dans la cour d'honneur et qui se sont serrés les uns contre les autres il y a quelques instants. On les a vus en larmes, essayant de se montrer solidaires. Une image marquante de cette fin de cérémonie. Ils étaient 50 à 70, les membres des familles et les amis de ces 2 militaires morts pour la France.
capture