logo Le moteur de recherche de la télé

C'est au programme


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 10h00 sur France 2

– Cet accompagnement ne s'arrête pas le jour de l'hommage national. Il a commencé avant, dès la disparition. Le chef d'unité est en charge de faire cette annonce. Ça a commencé dès l'annonce à la famille. C'est pendant, aujourd'hui, lors des cérémonies à Paris, et c'est surtout après, pour leur permettre de traverser cette épreuve, d'accompagner la reconstruction et de leur garantir que le souvenir de Cédric et d'Alain, pour ceux qui les connaissaient personnellement, Il sera entretenu. Ils ont disparu, mais il y a une mémoire qu'ils ne quitteront jamais, celle de leurs frères d'armes.
– M.-S.Lacarrau: Vous avez sans doute remarqué que nous portons tous à la boutonnière de notre veste un bleuet. en France envers les anciens combattants, les victimes de guerre, leurs veuves, leurs orphelins, et pour être solidaires des victimes du terrorisme depuis 2015. Avec le coquelicot, le bleuet est la fleur qui continue de pousser et de repousser très vite sur un champ de bataille quand il a été ravagé par les bombes et par les combats. N.Saint-Cricq, on a parlé de l'hommage national. C'est un acte politique.
– N.Saint-Cricq: Ça donne les valeurs de la France, celles choisies par le président de la République. Ce n'est pas n'importe quoi d'avoir un président de la République qui prononce un discours de façon aussi solennelle. Dans le temps, on pouvait considérer que les relations entre l'armée et la nation étaient distendues. Depuis quelques années, les choses se sont bien mises en perspective. Ça avait été le cas lors de la disparition d'A.Beltrame. C'est l'occasion de donner les valeurs du quinquennat. Ça a une vocation pédagogique, pour dire aux Français un certain nombre de valeurs, le sens de son action et le sens de l'engagement de ces militaires. Ce n'est pas rien. Ça a vocation à être appris aux enfants et à être écouté par tous les Français. Ça a une grosse valeur symbolique.
– M.-S.Lacarrau: On continue de découvrir la préparation On retrouve A.-C.Poignard, sur le pont Alexandre-III, où le cortège funéraire devrait arriver d'une minute à l'autre.